De fragiles assises pour faire le bilan de 42 ans d’indépendance

Le lancement officiel des premières assises nationales comoriennes a lieu ce lundi 5 février 2018. Une cérémonie de grande envergure est prévue dans le stade de la capitale, en présence du président Azali Assoumani et de son gouvernement, mais également d’invités venus soutenir l’événement que ses organisateurs espèrent historique. Il s’agit de dresser, durant une semaine, le bilan des 42 ans d’indépendance du pays.

A l’origine de ces premières assises nationales aux Comores : un mouvement citoyen, le Mouvement du 11-Août (M11), qui avait proposé que les Comoriens se retrouvent entre eux afin d’identifier les différents freins à leur développement depuis 42 ans. Coups d’Etat, corruption, mauvaise gouvernance, question mahoraise : tout devrait y être passé au crible pour mieux envisager l’avenir avec des recommandations solides. Des assises inclusives et transparentes où chaque tranche d’âge, couche sociale ou tendance politique serait représentée. Le M11 avait obtenu l’adhésion du public et de la classe politique dans son ensemble.

Mais à quelques mois du démarrage, des querelles de représentativité ont éclaté et les partis de l’opposition se sont retirés. Le président des assises a été nommé par décret présidentiel. Des membres du comité d’organisation ont démissionné, dénonçant dysfonctionnements et intimidations. La rue indexe une mascarade. Les assises divisent. C’est dans ce climat que s’ouvrent les assises nationales aux Comores, en présence notamment d’une délégation du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), de l’Union africaine (UA), de la Commission de l’océan Indien (COI) et d’une vingtaine de représentants de l’île de Mayotte.

Rfi

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*