Débrayage des enseignants à Anjouan

Lycée de Mutsamudu ce jeudi matin
Le lycée déserté par les profs et la majorité des élèves.
Le lycée déserté par les profs et la majorité des élèves.

Depuis ce jeudi matin les enseignants d’Anjouan ont déclenché un mouvement de mécontentement de 3 jours. Aucune école, collège ou lycée publique n’a ouvert ses portes. L’intersyndical compte par ce mouvement d’humeur se faire entendre auprès de l’état du fait que les agents de la fonction publique n’ont jusqu’alors perçu leurs salaires du mois d’octobre.

Selon les échos qui nous sont parvenus ce jeudi matin venant des régions, le mouvement serait bien suivi par les syndiqués et que toutes les écoles ont baissé les rideaux.

Pourtant, cela fait trois semaines depuis que les agents de l’état à Mohéli et à Ngazidja sont payés.  Selon trésorier-payeur général de l’île d’Anjouan approché par nos confrères d’Alwatwan mardi, il manquerait 13 millions de francs comoriens pour boucler le mois. Abtoihi Ali, rejette la responsabilité au gouvernement fédéral qui n’aurait pas versé la totalité de la somme nécessaire pour payer les fonctionnaires d’Anjouan.

« Tout ça pour 13 millions manquant… »

Ce retard serait dû selon lui, à une insuffisance de fonds pour payer l’ensemble des fonctionnaires d’Anjouan. Le gouvernement fédéral n’aurait pas versé la totalité du montant nécessaire. « Il manque 13 millions de francs pour boucler le montant nécessaire répondant à notre masse salariale. Le gouvernement fédéral ne nous a pourtant fourni aucune explication sur ce déficit. (…) nous ne pouvons pas prendre le risque d’enclencher un paiement qui risque de sauter certains agents. Et je ne suis pas non plus en mesure de vous annoncer quand est-ce que ce paiement sera possible, puisqu’il faut au préalable trouver une solution à ce déficit, qui pourrait devenir récurrent ». A-t-il confié à nos confrères du quotidien gouvernemental mardi matin.

Pourtant, en juin dernier, les agents de l’état d’Anjouan avaient vécu le même calvaire. Sur les 512 millions nécessaires, l’état n’avait débloqué que 488 millions. « Il ne s’agit pas d’une grève. Juste un mouvement de mécontentement. Nous reprendrons les cours lundi dans l’espoir que notre cri de détresse sera entendu. » rassure pour sa part une enseignante de l’école primaire de Missiri Mutsamudu à Comores-infos jeudi matin.

Portes closes, rideaux baissés au lycée de Mutsamudu
Portes closes, rideaux baissés au lycée de Mutsamudu

Le sujet fait La Une de l’actu à Anjouan et on accuserait le gouvernorat d’Anjouan d’incompétence avérée. « Du n’importe quoi. Salami sait pertinemment les raisons de ce déficit. Mais tellement son équipe est incompétente qu’elle rejette la responsabilité à l’Union. Notre gouverneur devrait arrêter les voyages de complaisance pour s’occuper de l’administration locale en s’entourant les gens compétents et non ses partisans et ses connaissances qui ne sont pas à la hauteur de la tâche. Tout ça pour 13 millions manquant… c’est ridicule. » Pouvait-on entendre dans les commentaires des attroupements habituels ce jeudi matin place Mroni de Mutsamudu.

KAY

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*