Début possible en fin novembre des opérations de reconquête du nord du Mali

Les premiers « mouvements » de troupes en vue de la reconquête des régions nord du Mali occupées par des groupes islamistes pourraient intervenir dès à la fin de ce mois de novembre, a affirmé lundi à Bamako, le chef de la diplomatie malienne, M. Tièman H. Coulibaly.

« Certaines choses vont commencer à bouger sur le terrain » dès après le 26 novembre, date à laquelle le Conseil de sécurité entrera en possession du plan opérationnel élaboré par l’Union africaine (UA), a affirmé le ministre malien au cours d’une conférence de presse.

Il a indiqué que ces premiers mouvements seront « très probablement » le fait de l’Armée malienne qui se serait vue affecter un rôle central dans le schéma d’opérations consensuel en cours de finalisation dans la capitale malienne.

M. Coulibaly a par ailleurs qualifié de « prématuré » le dialogue avec le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et Ansar Dine, deux des groupes armés du nord du Mali jugés « éligibles au dialogue » par certains partenaires extérieurs du Mali.

« Je vais les rencontrer pour leur dire quoi », s’est insurgé le chef de la diplomatie malienne soulignant qu’il n’a de toutes façons pas reçu de mandat pour ce faire.

Justifiant sa présence le week-end dernier à Ouagadougou, au même moment que des représentants de Anzar Dine, M. Coulibaly a expliqué qu’elle ne visait pas à négocier, mais à tenir informé le médiateur burkinabé des « limites » et des « points de vue » des autorités maliennes.

« Si demain, on me dit qu’ils (MNLA et Ansar Dine) sont à Bougouni (ville malienne), j’irais à Bougouni. Nous devons être là partout où ils sont, même si on ne nous invite pas », a-t-il dit.

Le ministre a aussi souligné l’attachement des autorités maliennes de transition à l’Accord-cadre les liant à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) sur le principe d’une transition de 12 mois, avec l’organisation de nouvelles élections en avril 2013.

ApaNews

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*