Décentralisation : parvenir, avant le premier semestre 2013, au tracé définitif des cinquante quatre communes

C’est au ministère de l’Intérieur qu’à eu lieu hier, en présence des préfets, sous préfets, maires et agents des centres d’état civil, la remise officielle des rapports relatifs à la réactualisation de la cartographie des communes de Ndzuwani et de soixante six exemplaires du guide de l’état civil du pays.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Ce guide, qui a été élaboré par le Pcd, a servi de support pédagogique pour les six séminaires organisés dans les îles auxquels deux cent agents et officiers d’état civil ont pris part. Selon le directeur régisseur du Pcd, Claude Hemonet, ce document devrait constituer un “outil de référence dans le fonctionnement présent et futur des services d’état civil“.Quant à la cartographie, à l’issue d’une mission de quarante et un jours et conformément à la loi n°11-006/Au du 2 mai 2011, portant organisation territoriale de l’Union, le nombre de commune à Ndzuwani a été porté à vingt.

La réalisation de ces deux ouvrages, financée par l’Ue, a coûté 15,832 millions de francs pour le Guide et un peu plus de 7,600 millions pour la cartographie de Ndzuwani.Dans son intervention, le ministre chargé de la décentralisation, Hamada Abdallah, a rappelé que son département s’est fixé le “noble objectif de parvenir, avant la tenue des élections municipales prévues au premier semestre 2013, de faire le tracé définitif des cinquante quatre communes“ du pays.En ce qui concerne l’état civil et l’utilisation de cet ouvrage, quelques deux cents Comoriens chargés directement de sa gestion (préfets, sous-préfets, maires et de nombreux agents), ont bénéficié d’une formation dispensée afin de les familiariser avec le guide en question.La remise officielle de ce document doit permettre au gouvernement de disposer du cadre administratif complet nécessaire au démarrage du processus de décentralisation en vue de renforcer les instances politique décentralisées et promouvoir la démocratie et la bonne gouvernance.

Nakidine Hassane

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*