Décès d’Abi Abdallah Youssouf : La famille met le docteur Ben Imani hors de cause

On apprenait, non sans émoi, le décès d’Abi Abdallah Youssouf, cadre technique au sein de la société nationale des hydrocarbures le lundi 06 novembre. Ce mardi, la famille du défunt est revenue sur les circonstances de la mort de ce dernier. De nombreuses voix se sont en effet élevées, dernièrement, notamment sur les réseaux sociaux, pour dénoncer une énième opération du Dr Ben Imani qui se serait mal déroulée. À en croire la famille du défunt, il n’en est rien. Abi Abdallah Youssouf souffrait d’une maladie qui nécessitait une intervention chirurgicale. Dans l’urgence, le Dr Ben Iman, est intervenu. Et “en aucun moment il n’a failli à sa mission”.
 
Abi Abdallah Youssouf est décédé lundi 06 novembre. Dès l’annonce de sa mort, dans les réseaux sociaux, la nouvelle selon laquelle il aurait été victime du Dr Ben Imani s’est vite répandue.

Abi Abdallah Youssouf, malade, continuait à faire “habituellement et très consciencieusement son travail”. Il avait sollicité l’appui de la société nationale des Hydrocarbures pour une évacuation chirurgicale à l’extérieur, à Madagascar, éventuellement. Malheureusement, “la direction n’avait pas répondu favorablement à sa demande”, selon un proche de la famille.
Il a par ailleurs exprimé son incompréhension quant au fait que le regretté après de plus de 35 ans de service au sein de la Sch et ayant gravi quasiment tous les échelons, n’ait pas pu obtenir le concours de celle-ci pour une évacuation à l’extérieur, bien avant l’ultime crise qui allait l’emporter. Toujours est-il que la famille nous a signifié qu’elle ne voulait entretenir aucune polémique sur la question.

“Le docteur a fait  ce qu’il fallait”
Abi Abdallah Youssouf a été transporté aux urgences de l’hôpital El Maarouf, dimanche 05 novembre en début de matinée, à la suite d’une crise survenue à domicile. Le patient a été accueilli par l’équipe médicale de service. Celle-ci a essayé en vain de joindre les chirurgiens de garde. S’agissait-il de problèmes liés au réseau, comme on a pu le constater ces derniers jours ? Difficile à dire. La famille a fini par trouver le Dr Imani qui est  immédiatement intervenu et  a réalisé l’opération.
Débutée vers 13 heures, l’opération a pris fin à 14 heures. Une fois le patient revenu à lui en salle de réveil, la famille a décidé de l’hospitaliser dans la clinique du Dr Ben Imani. Abi Abdallah Youssouf était alors en mesure d’entretenir une discussion, et a pu même envoyer des texto à ses proches.

À minuit, poussé par sa “conscience professionnelle”, il envoie un message au directeur de la société nationale des hydrocarbures pour lui signifier qu’il n’était pas en état de participer à une mission qui devait le mener, lundi, à Ndzuani. Une semaine auparavant il avait déjà décliné une mission dans cette île à cause, toujours, de son état de santé.

Lundi, vers 07 heures du matin, Abi Abdallah Youssouf demande à se rendre aux toilettes. C’est alors qu’il perd connaissance et échappe des mains des accompagnatrices et tombe.

Appelé à l’aide, le docteur Ben Imani, assisté d’un autre médecin présent sur les lieux, a tout fait pour le réanimer par le recours des moyens requis en pareilles circonstances : oxygénation et massage cardiaque, adrénaline…
En vain. À la demande du Dr Ben Imani, la famille a appelé la Direction générale de la sécurité civile pour solliciter l’envoi urgent d’une ambulance en vue d’une évacuation à l’hôpital El-maarouf. Les médecins n’ont jamais pu le réanimer. Le Dr Ben Imani, que nous avons contacté, n’a pas souhaité s’exprimer. La famille d’Abi Abdallah Youssouf, par le présent témoignage, tient à désengager le docteur Ben Imani de toute responsabilité. “Le docteur a fait ce qu’il fallait.” Quand les choses se passent mal, nous a-t-on dit, il convient de les signaler. Mais “il ne faut pas accuser gratuitement les gens”.

La rédaction d’Al-watwan profite de cette occasion pour adresser ses condoléances à la famille du défunt. Puisse-t-il reposer en paix !

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*