Déclaration de Mohamed Daoudou KIKI : « Une perte d’élections n’engendre pas la fin d’un Parti, le parti orange vivra»

Très chers partisans et membres du Parti Orange

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Mohamed Daoudou KIKINous avons vu se dérouler la campagne électorale, les oppositions, toutes les oppositions ont pu s’exprimer librement et abondamment à la télévision, à la radio, dans la presse, par les affiches, les tracts, les brochures, les circulaires, les réunions et Allah sait qu’elles ne s’en sont pas privées et qu’il ne leur a pas manqué de moyens lors de ce double scrutin. D’ailleurs je m’en félicite, car c’est la démocratie et c’est la meilleure réponse aux dérisoires accusations qu’on nous fait parfois de limiter les libertés.

Hier, en date du 06 mars 2015, nous avons obtenu les résultats définitifs de ces élections qui ont été validés par la Cour Constitutionnelle. Cette haute cour n’a fait que valider les choix que les comoriens ont fait, donnant la victoire à un candidat et accordant la défaite à d’autres.

Après qu’on ait eu le député Abdoulfatah Said et Moumine comme députés du Parti Orange à Moroni, aujourd’hui nous n’avons pas la chance d’être représentés au sein de l’assemblé nationale. « Les peuples apprennent plus d’une défaite que les rois de la victoire. » Il arrive des temps ou nous devons accepter la défaite, nous sommes jeunes, nous nous en remettrons et nous en sortirons encore plus forts, en prenant en compte les causes de cette défaite et en tirant les leçons de cette situation.

Mais à ceux qui scandent la fin du Parti Orange et de la personne politique que je représente, je réponds : Les défaites nous ramènent aux choses essentielles, tandis que les succès ne font que nous en éloigner. La défaite du Parti Orange lors de ces élections ne fera que nous agrandir, nous rassembler et nous forger pour agir en conséquence pour un monde meilleur. Le parti orange est né d’un mouvement, dans lequel nous avons concentré nos fonds et idéologies sur des actions sociales partout dans les trois iles. Nous avons apporté un changement que personne ne peut nier dans le social. Ayant remarqué les besoins imminents de notre population nous avons décidé de nous convertir en Parti Politique afin d’agir activement dans la société. Cette campagne a été dure et nous nous sommes tous investis, ensemble. Je reconnais l’apport inestimable de chacun d’entre vous pour la défense de notre parti et celle de nos candidats. Pour cela je vous remercie profondément de l’apport de chacun lors de cette campagne et de ces élections.

Une perte d’élections n’engendre pas la fin d’un Parti, le parti orange vivra, j’en ferai partie, nous y serons. Nous sommes un jeune parti, ambitieux et nous devons être conscients de la dureté de l’environnement politique de notre pays. Il m’est aujourd’hui indispensable de vous rappeler que nous sommes le 3ème parti à avoir présenté plus de candidats et quand vous analysez les partis qui étaient représentés dans ce 2ème tour des élections législatives nous y étions encore n’en parlons pas dans les municipales. En tant que musulman je crois que le moment n’était pas opportun ni destiné pour notre parti, à se hisser, encore une fois, au sein de l’Assemblée Nationale. C’est pour cela que nous devons nous rassembler, nous remotiver et nous recadrer, le temps n’est plus aux petits tiraillements de la campagne électorale, nous allons devoir nous remobiliser tous ensemble afin d’agir politiquement pour le bien de notre pays, pour le bien du peuple que nous représentons.

Il est sur que certains ont voté dans l’obscurité complète, dans l’ignorance non seulement de ce qu’on pourrait faire, mais même de ce qu’on voudrait faire. D’ailleurs, voyez-vous je viens d’avoir un certain nombre de débats avec plusieurs leaders de ces oppositions. Et j’ai compris, j’ai même physiquement ressenti que les meilleurs n’avaient rien appris. Nous en assumerons les conséquences ensemble. Nous en sommes obligés, les comoriens ont fait leurs choix, nous les assumerons ensemble. Nous donneront la main à ceux qui la demanderont.

Ces élections étaient très difficiles avec différents enjeux. Il faudra rappeler que nous n’avons pas d’ennemis comme certains d’entre vous le pensent et certains médias ont essayé de hisser des candidats les uns contre les autres, nous avions des adversaires politiques. D’autant plus que nombreuses ont été les rumeurs sur l’idéologie politique du Parti Orange. Nous avons été pointés du doigt nous avons été érigés, je ne sais par qui, contre la communauté anjouanaise de la Grande Comore. En aucun cas, moi et/ou mon parti n’avons tenu des propos discriminatoires et séparatistes. En aucun cas nous n’avons remis en cause l’unité nationale de notre Patrie. Nous nous faisons accuser de séparatistes or que dans notre Parti nous avons au sein du bureau politique des anjouanais et des mohéliens qui participent ensemble à la prise de décisions importantes au sein du parti. Nous croyons en l’unité nationale et au non communautarisme. Je suis comorien avant tout, je suis anjouanais, je suis mohélien, je suis grand comorien.

Enfin des candidats sont élus. Un seul par circonscription. Nous nous sommes réunis pour vous permettre de décider dans la clarté. Nous proclamons devant vous, notre volonté commune de défendre les institutions, la politique de la tournante et la constitution de l’Union des Comores. Nous souhaitons bonne chance aux futurs députés et espérons qu’ils feront mieux que leurs prédécesseurs pour nous représenter, nous en tant que nation comorienne, nous en tant que peuple comorien.

Le Parti Orange restera dans le domaine politique. La politique que nous avons engagé nous permet de rester fidèles à nos alliances sans retomber dans la sujétion, nous permet d’entretenir des relations chaque jour meilleures avec les représentants de la nation et le milieu politique et permet de préserver la paix, notre paix, grâce à la tournante, qu’il faudra maintenir aujourd’hui et demain en tenant le pays à l’écart des conséquences éventuelles de la détestable notion de séparatisme. Voilà, oui voilà ce qui devra être défendu en premier. Comoriens, Comoriennes, n’allez pas en un instant détruire tout ce qui a été construit, n’allez pas fermer la porte à vos espérances, et d’ailleurs, soyez simplement logiques avec vousmêmes, avec le choix que vous avez fait. Allons, pour le progrès, pour la stabilité, pour la paix, faites confiance je vous le demande, Croyons et luttons pour une issue positive des difficultés que vivent les comoriens et comoriennes.

Vive le Parti Orange Vive l’Unité Nationale Vive les Comores

Mohamed Daoudou

 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*