Déclaration du parti Juwa sur l’incarcération du président Ahmed ABDALLAH MOHAMED SAMBI

Lundi 20 août 2018 à 16 heures, le président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi a été présenté à un juge. Cette décision n’est pas fortuite étant donné que la Cour d’Appel du parquet de Moroni allait statuer le lendemain mardi 21 sur l’assignation à résidence du Président d’honneur du parti Juwa.

Suspectant une levée de cette assignation accordant la liberté au président Sambi, le pouvoir accéléra la procédure pour demander au juge de l’entendre en comparution immédiate et de l’inculper dans l’affaire dite de la citoyenneté économique.

Cette affaire, montée de toutes pièces, est consacrée dans un rapport parlementaire rejeté par 3 des 5 membres qui composent la commission d’enquête diligentée par l’Assemblée de l’Union des Comores pour faire la lumière sur le dossier de la citoyenneté économique. Ce rapport n’a même pas été présenté à l’ensemble des députés pour en débattre et décider de la suite à donner suivant les procédures du parlement. Le président de cette commission, le Député Dhoulkamal le remit au Chef de l’État qui le transmit lui-même à la justice.

Ce rapport cible plusieurs personnalités politiques de l’opposition, particulièrement le président Ahmed Abdallah Sambi, accusé de détournement de derniers publics. Et le pouvoir s’en sert pour éliminer politiquement un adversaire gênant.

Le Président Sambi avait déclaré, dès son retour au pays, en avril 2018, après un séjour à l’étranger, sa volonté de conduire un rassemblement républicain pour lutter contre la démarche du président de la République de modifier la constitution de 2001 mettant en cause les acquis de la réconciliation consacrés par les accords de février 2001.

L’inculpation et la mise en détention préventive dans sa résidence de Voidjou sont une suite à la séquestration non justifiée dont le président Sambi a été victime depuis trois mois.

Le Président Sambi est fait prisonnier par le pouvoir pour une affaire purement politique. Les conditions inhumaines de détention de par son isolement peuvent avoir des conséquences graves sur sa santé et le pouvoir actuel aura y répondre tôt ou tard.

Le Président de la République croit fermement qu’en jetant en prison tous ses adversaires potentiels il se donne tous les moyens et a les mains libres pour parachever son plan machiavélique. Il croit ainsi pouvoir mettre en application sa constitution du 30 juillet, rejetée par la majorité des Comoriens et mettre en place des institutions taillées sur mesure pour s’éterniser au pouvoir.

Fait à Moroni, le 22 août 2018
Pour la Direction Nationale
Le Secrétaire Général du Conseil Politique

Le Député Mohamed Msaidié

2 commentaires sur Déclaration du parti Juwa sur l’incarcération du président Ahmed ABDALLAH MOHAMED SAMBI

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*