Défection au sein de la mouvance présidentielle: Après Mzimba, Karihila, est-ce le tour de Said Larifou

Par Faïza Soulé Youssouf / LGDC

Le secrétaire général de la mouvance présidentielle, Ali Youssouf Mliva n’a pas confirmé l’information mais ne l’a pas démentie non plus. Me Larifou, s’est en tout cas ces derniers temps, évertué à sauver des comoriens des geôles kenyanes qu’à parler d’Emergence à l’horizon 2030

Après le malaise vagal du président de la république la semaine dernière, c’est sans doute l’info qui va susciter débat et passion dans l’opinion publique : Said Larifou aurait annoncé au secrétaire général de la Mouvance présidentielle, Ali Youssouf Mliva, que le Ridja préférait s’éloigner des partis soutenant la politique du président. M. Mliva, contacté au téléphone à ce sujet, n’a voulu ni confirmer ni infirmer la nouvelle. Poussant un peu, il lui a été fait remarquer que si le Ridja n’avait pas quitté la mouvance présidentielle, il l’aurait catégoriquement démenti. A cela, il répondra, « c’est une déduction ».

Un autre appel est émis. Cette fois, c’est un autre baron de la mouvance présidentielle qui est au bout du fil. Il n’acceptera de répondre à nos questions que sous le sceau de l’anonymat. Oui, selon lui, le Ridja a quitté la mouvance présidentielle. « Il en a fait l’annonce à qui de droit ce 05 décembre », a-t-il déclaré. Il ajoutera que « Larifou s’apprêterait à se présenter aux prochaines élections ». Pour autant, il ajoutera que « selon lui, la décision de Larifou tenait plus de la déception que de la détermination, et qu’il n’était pas exclu que le Ridja fasse son retour dans la majorité présidentielle.

Du côté du Ridja, la réponse est moins définitive. Un membre du parti a notamment affirmé que « la formation politique était en consultation par rapport à la question, à l’avenir du parti et surtout aux prochaines échéances électorales mais aucune décision n’a été prise de façon tranchée », a-t-on assuré. Le Conseil national du Ridja devrait se tenir à la fin de ce mois de décembre, selon cet interlocuteur. « Et c’est à la suite de celui-ci que sera décidée la position de notre parti ».

Toujours est-il que le leader du Ridja est silencieux ces derniers temps. Il n’y a eu aucune condamnation ni tout autre remarque de sa part lors de l’insurrection d’Anjouan en octobre dernier, par exemple. Il semble s’être éloigné du président, ou en tout cas de sa politique. Ces derniers temps, il s’est plus évertué à faire libérer des prisonniers comoriens au Kenya qu’à parler de l’émergence à l’horizon 2030.

La Mouvance présidentielle, si l’information concernant le Ridja se confirmait, aura donc perdu deux leaders politiques de poids : Me Mzimba et Me Larifou. Autre particularité en plus d’être tous deux avocats, les deux proviennent du grand vivier de voix électorales qu’est le Mbadjini. Sans oublier l’ancien secrétaire général de la Convention pour le Renouveau des Comores (Crc, principal parti au pouvoir), Hamidou Karihila, qui a décidé lui aussi de quitter le navire. Navire qui commence à tanguer dangereusement.

Faïza Soulé Youssouf / LGDC

2 commentaires sur Défection au sein de la mouvance présidentielle: Après Mzimba, Karihila, est-ce le tour de Said Larifou

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*