Délégation parlementaire française à Moroni

​«Les bonnes relations sont plus que nécessaires pour résoudre un certains nombre de problèmes»

Une délégation du groupe parlementaire d’amitié français se trouve actuellement à Moroni jusqu’au 20 septembre, suite à une invitation du groupe d’amitié France-Comores de l’Assemblée nationale comorienne. Elle a été reçue le vendredi, 16 septembre, par le chef de l’Etat après avoir effectué une visite de courtoisie auprès du président de l’Assemblée nationale, Abdou Ousseine. Composée de cinq personnalités, l’objectif de la délégation est de renforcer les liens d’amitiés et de coopération entre les assemblées des deux pays. A Beit-Salam, le président du groupe parlementaire français d’amitié France- Comores, Daniel Goldberg, a parlé d’une «nouvelle page» des relations entre la France et les Comores. Il s’est dit «conscient du moment important» que vivent les Comores avec l’arrivée d’un pouvoir «qui a décidé de changer les choses en profondeur».Il fait part de la «disponibilité» de son pays à accompagner cette dynamique et souhaité que les autorités comoriennes mettent la nouvelle génération qualifiée de la diaspora comorienne au service des Comores.

A son tour, le chef de l’Etat, Azali Assoumani a, d’abord, tenu à saluer le «travail formidable» de l’ambassadeur de France aux Comores, pour le raffermissement des relations entre les deux pays. «Les bonnes relations et le bon dialogue avec la France sont plus que nécessaires pour résoudre un certains nombre de problèmes. Et nous devons nous appuyer pour cela sur les relations séculaires qui nous unissent. Aujourd’hui encore cette relation va au-delà de simples relations entre deux pays, quand on a autant de Français d’origine comorienne qui assument des responsabilités politiques et publiques». Dans sa lancée, le président de la République insisté sur sa volonté de se rapprocher des jeunes franco- comoriens qui se sont lancés dans le business en France. «Ils ont un rôle stratégique à jouer dans les Comores que nous sommes en train de définir.»
Pour ce qui est de la visite de courtoisie effectuée au Palais du Peuple, une séance de travail du groupe d’amitié a été tenue. Les deux parties ont insisté sur la nécessité des l’échange d’expériences afin que le personnel d’appui et les députés puissent bénéficier de formations à Paris, en matière de législation. A propos de la question de Mayotte, les deux parties se sont dites «convaincues que chacun devrait apporter son appui pour parvenir à un consensus», selon le chargé de communication, Youssouf Ismael M’madi. Par ailleurs, une conférence de presse de la délégation parlementaire est prévue aujourd’hui.
Nazir Nazi/Alwatwan 

3 commentaires sur Délégation parlementaire française à Moroni

  1. Les menteurs de la république comorienne.  » parfois le mensonge exprime mieux que la vérité ce qui se passe dans l’âme ». Disait Maxime Gorki. A entendre tous les mensonges que SAMBI et Azali racontent sans même penser à la morale religieuse est une honte.Nous comprenons maintenant pourquoi tous ces deux présidents cherchent à éviter la justice du peuple. Ils ont mis en place un système de corruption organisée. Deux affaires leur concernent car, ces deux alliés ne pensent qu’à une seule chose, c’est protéger ce qu’ils ont volé aux comoriens. Il faut noter que les deux facettes du jeune soldat et le vieux mollah sont connus par l’ensemble de nos concitoyens. Évidemment, les mensonges sont de plusieurs types : Tout d’abord, les mensonges politiques pour se faire élire. En effet, il s’agit d’une monnaie courante pour les et les femmes politiques cherchant à tromper les électeurs. Par ailleurs, ils profitent les besoins du moment des citoyens pour leur faire la ruse. C’est le cas de SAMBI qui avait promis une construction des habitations pour loger dignement les comoriens, sauf, ces promesses ne sont que de l’enfumage. Aujourd’hui, il continue encore à faire croire aux comoriens qu’il fera demain ce qu’il n’a pas fait hier. Pour lui, la religion est le seul instrument pour convaincre les comoriens. En 2006, il avait réussi enfumé nos concitoyens pour le choisir. Ce même en fumage a été utilisé par Azali pour prendre la tête de l’État. Celui-ci a juré devant le tout puissant de défendre les intérêts suprême de la nation en faisant en sorte que le développement s’installe dans notre pays. Avec son pédantisme absolu, il a promis aux citoyens de sortir le pays dans la misère et la pauvreté. Certes, l’État a besoin d’un homme ou une femme honnête pour dégager le pays dans le gouffre auquel il est plongé. Mais, comment prétendre lutter contre la corruption, la misère et la pauvreté quand on est le produit même de cette corruption. D’ailleurs un diplomate qui avait résidé pensant la première mandature du soldat, a affirmé que le colonel dispose un compte à l’étranger contenant une somme de 40 millions d’euros. Il s’agit de la partie émergente de l’iceberg. Comment un jeune qui prêche à la mosquée s’estimant musulman peut faire cet acte aussi monstrueux. C’est ainsi que son allié SAMBI reste tranquille pour attendre la justice de Dieu. Il sait bien que le soldat n’ira jamais jusqu’à lui. Mais, comme il y a des mollah malhonnêtes, nous pouvons trouver des chrétiens honnêtes ou athées ou agnostiques honnêtes selon bayle. En effet, voler l’argent du peuple est une honte. Le mollah, ancien président de la république a vendu la souveraineté au profit de ses entreprises. Selon une journaliste d’investigation, SAMBI a empoché 360 millions de dollars pour la vente de notre citoyenneté. Cette vente est ignoble car, elle met en péril notre sécurité. Au moment où les pays du monde luttent contre l’insécurité et le terrorisme. En somme,le mensonge politique, d’usage de la religion pour tromper les électeurs pourraient menacer les démocraties et les états de droit.

  2. ni le président de la république et ni les parlementaires comoriens, tous ensemble n’ont aucune âme digne de répresenter notre pauvre pays car ces mêmes parlementaires français, ce sont eux mêmes qui ont voté la loi départementalisant mayotte, ils auraient pu forcer sarkozi comme il voulait départementaliser mayotte à le faire par décret et non par une loi qu’eux même ont voté! quelle honte….

  3. des fois on a l’impression que nos autorités vivent au jour le jour les affaires du pays et on se demande ce groupe parlementaire france-comores n’était pas présent à l’assemblée nationale française lors de la discussion relative à la départementalisation de mayotte, pourquoi ils avaient pas alertés leurs homologues comoriens et travailler de concert pour caler cette procédure de départementalisation comme ils sont en train de le faire actuellement à Moroni….ah, nous comoriens est-ce peut être la pauvreté qui nous inhibe.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*