Dépravation des mœurs: Moroni atteinte par la perversité de « coller la petite » et le gouvernement autorise les concerts

La vidéo de la chanson, très prisée par les jeunes à cause de son côté pervers, aura été visionné à ce jour plus de 36 millions de fois sur YouTube et partagé à un rythme effréné sur les réseaux sociaux. Bientôt le chanteur va se produire aux Comores dans le silence complet du gouvernement et des Imams.

Franko, rappeur camerounais  bientôt aux Comores, la chanson « coller la petite » a atteint Moroni au grand dam d’une censure quasi inexistante. Sans pudeur, les jeunes vont se sentir libre à leurs fantasmes lors des soirées mondaines sur fond d’une hystérie collective. Pendant ces Concerts les jeunes hommes vont se coller aux filles et aux petites filles sans modération.

Du s*xe sans modération, le message pervers que véhicule la chanson est soutenu par un exhibitionnisme outré aux antipodes de la morale et de l’éthique. Lorsque la raison cède à l’inconscience après l’excitation et un verre de trop, la chanson est réclamée à corps et à cri en guise de dénouement. Et là, tous les coups sont permis .  « Dans la chanson, je demande aux mecs qui vont dans des fêtes de s’éclater lorsqu’ils y sont. Parce qu’on ne va pas dans une fête pour jouer les rabat-joie ou pour plomber l’atmosphère », a tenté de se justifier Franko aux médias d’après nos recherches sur le web. Il faut préciser que le clip du chanteur a été censuré dans son pays.

Le gouvernement Comorien est capable de fermer une polyclinique pour empêcher l’idéologie chiite aux Comores mais incapable d’arrêter des concerts qui incitent les jeunes à perversité. Les autorités religieuses ne sont visibles que pendant le mois de ramadan.  coller

 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*