Depuis le 29 Juin 2009 je ne crois pas en vous :Youssouf était mon seul frère

yemenia comores

Témoignage bouleversant de Fatoumia Oumar Ribier

Et blablabla et blablabla….Toujours les mêmes réponses de ces soi-disant autorités! Ne vous inquiétez pas, on s’occupe de tout! Les familles de victimes, l’enquête, la compagnie Yemenia, tout ça, on gère! Résultat, nous attendons toujours que le Yémen reconnaisse les graves et grossières erreurs, l’incompétence, les négligences et le mépris  de sa compagnie d’aviation de malheur.

Le Yémen, comme les autorités Comoriennes n’ont que faire de nos souffrances, de notre deuil qui s’éternise, de nos larmes qui ne sèchent pas. Ma mère, mon petit frère, ma cousine et son fils, des oncles et des tantes, des amis sont morts dans ce drame, me laissant une plaie béante qui refuse de cicatriser. Je crie ma détresse et ma colère à qui veut bien l’entendre. Depuis le 29 Juin 2009, nos vies ont changé. Que nos disparus reposent en paix sous la protection et la bénédiction du Tout Puissant.
De mon pays ; j’attendais soutien et réconfort. J’osais espérer une juste bataille contre cette compagnie qui nous a toujours méprisé. Combien de plaintes, de mauvais voyages, de pertes de bagages, de mauvais traitements et j’en passe… avant le drame qui a couté la vie à nos familles ?  Les passagers Comoriens ont aidé et aident encore à enrichir ladite compagnie. Pourrait-on avoir un minimum de respect ?
L’association de Familles de victimes à Marseille, s’est battue tant qu’elle a pu pour défendre nos droits. Face à une administration Comorienne complètement  corrompue, elle s’est levée et a essayé de soutenir les familles. Là encore, le gouvernement Comorien n’a absolument rien fait , aucun geste de soutien, aucune action visant à faire avancer le dossier, rien… les dossiers des familles dorment sur des bureaux de fonctionnaires payés à ne rien faire. Quelle honte ? Mais à qui profite ce crime ? Sûrement pas à nous pauvres familles qui attendons toujours que la vérité soit faite.

Le Président Comorien sait-il que le crash a laissé des orphelins en France ? Monsieur le Ministre de je ne sais quoi des transports, sait-il que mon frère qui n’avait que dix-sept ans, venait de passer en classe supérieure, qu’il avait prévu de passer son permis, d’acheter un scooter, de devenir ingénieur, d’épouser Sophie ? Mr Bourhane Ahmed Bourhane sait-il que Youssouf était mon seul frère, celui que j’ai attendu pendant vingt ans ? Le gouvernement Comorien n’à que faire de nos histoires de familles ! Ils n’ont pas rencontré la belle Salima Ahamada Mzé, épouse Hassani Assoumani, ils ne savent pas qu’après avoir vécu plus de trente ans en France, ma mère était heureuse de rentrer vivre dans ce qu’elle appelait son pays.

Le gouvernement Comorien sait-il que Tijara est morte d’un cancer développé après la disparition de son mari ? Ces deux parents laissent derrière eux trois garçons. Quelle sera leur vie ? Ils sont dans les mains de Dieu, et vivent grâce à l’assistance Française. En effet, seule la France a semblé à un moment s’intéresser à notre malheur, jusqu’à ce qu’une nouvelle affaire fasse les gros titres des journaux et que nous passions à la trappe… mais qui peut blâmer le gouvernement Français, lorsque notre propre pays nous ignore ? Oui il est vrai, la majorité des victimes avait, comme ma mère, comme mon frère, la nationalité Française, mais la majorité des victimes était d’origine ou de naissance Comorienne ! Jusqu’aujourd’hui le gouvernement Comorien et ses autorités ont, dans cette affaire,  fait preuve d’une incompétence sans nom et d’une  incohérence sans titre. Dans son silence et son inaction je ne lis que  manque de respect, manque de compassion  et manque de conviction. Ni la religion, ni la justice et ni l’horreur de ce drame n’a pu émouvoir leurs cœurs d’humain corrompus. Je ne crois pas en vous Messieurs les dirigeants Comoriens, je ne crois plus en vos promesses, vous vous mentez à vous mêmes… Dieu seul sait si un jour vous ferrez votre travail !

Fatoumia Oumar Ribier / Envoyez nous vos Témoignages sur : info@comores-infos.net

2 commentaires sur Depuis le 29 Juin 2009 je ne crois pas en vous :Youssouf était mon seul frère

  1. Bonsoir à tous,

    Tout d’abord, je tiens à dire que ce témoignage est plus qu’émouvant … C’est vrai que nos vies ont changés … C’est encore plus vrai que le gouvernement ne fait pas avancer les dossiers mais ce que je trouve encore plus blâmable, c’est le manque de solidarité dont a fait preuve et continue de faire preuve notre communauté.

    Car oui, il est facile de blamer le gouvernement mais nous savons tous ce qu’il en ait, on sait tous comment la « politique » de notre pays fonctionne même si on garde espoir que les choses puissent un jour changé …

    Ce que je trouve répréhnsible, ce sont ces mères, ces pères qui continuent malgré ce crash, malgré les traitements dont ils font toujours l’objet de la part de cette compagnie de continuer de prendre cette compagnie parce qu’elle est moins cher que les autres, parce qu’elle accorde plus de kilos … Mais qu’en est-il de votre sécurité, de celles de vos enfants ? Est-ce là, la valeure que vous donnez à votre vie ainsi qu’à celle de vos proches ?

    Faut-il un nouveau drame pour qu’on se réveille, pour se dire que si l’on veut vraiment que les choses changent, seule des actions coups de poigs fonctionneront. Boycottons ne serait-ce qu’un été cette compagnie et vous verrez, je ne dis pas que ça sera facile mais qui ne tente rien n’a rien.

    Pensez vous vraiement que le fait qu’il continue de faire du chiffre d’affaire malgré ce qui nous est arrivé en ce 30 juin 2009 les fassent vraiement changé ?
    Pensez-vous vraiment qu’ils vont se remettre en question alors même qu’on continue à prendre leurs avions-poubelles, qu’ils nous traitent toujours avec mépris ( je fais ici référence à un vol de cette compagnie du 27 juin 2011 où durant l’escale, les gens ont été traités avec le plus grand mépris allant même jusqu’à la meance d’un de nos frères avec une arme …).
    Alors, oui, notre gouvernement ne fais rien mais nous qu’en est-il.
    Posons nous les bonnes questions, et remettons nous en cause …

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*