Des cantines scolaires pour lutter contre l’absentéisme à l’école

Moroni, Au moment où le monde célèbre la journée de l’alimentation sous le thème d’ « une coopérative pour nourrir », l’ONG Maeecha pour l’éducation propose des cantines scolaires pour lutter contre la malnutrition des enfants. L’idée prend son envole dans l’ile d’Anjouan où les autorités viennent tout juste de célébrer cette journée. Selon les responsables de l’ONG comorienne, l’expérience de ce système dans la région de Nyumakelé à Anjouan s’avère concluante et l’idée pourrait être généralisée dans l’ensemble du pays.

« Un sac vide ne peut pas se tenir debout », une célèbre maxime africaine reprise par l’association Maeecha pour l’éducation. Partant de ce constat, l’ONG s’emploie à donner de la consistance à cette maxime. Trois écoles publiques et une école communautaire d’Adda à Anjouan bénéficient d’une cantine scolaire pour l’instant. C’est plus d’un millier d’élèves qui prennent « un repas deux fois par semaine, en attendant de passer à un repas quotidien », explique Fabien Olivier chargé de la communication de cette ONG.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Selon lui le repas serait constitué d’une « bouillie de mais, mélangée avec du lait » en attendant que le menu soit amélioré. Pour lui, le concept est simple l’ONG subventionne « les conseils d’écoles, et ces derniers achètent les produits nécessaires, les parents relaient ensuite pour préparer le repas ». Une manière d’impliquer tout le monde dans le processus de gestion.

L’initiative se poursuit et pour plus d’autonomie, l’association a donné des terres cultivables aux parents leurs permettant de cultiver des légumes et tirer enfin profit du bénéfice pour financer la cantine. « L’objectif est qu’à terme les conseils des écoles prennent en charge à 100% la cantine », mentionne Fabien Olivier. Un système qui pourrait être généralisé dans d’autres établissements à condition que les résultats soient au rendez-vous.

L’idée d’une cantine scolaire vient d’un constat fait par cette association sur le tauxt d’absentéisme de plus en plus inquiétant remarqué chez les enfants en situation de précarité. Pour eux, depuis l’instauration de ces cantines, ce taux a « sensiblement chuté et l’attention des enfants à l’école s’en trouve grandement améliorée », fait constater le monsieur communication de l’association.

Le mouvement associatif pour l’éducation et l’égalité des chances fait bénéficier à 24.000 personnes ses actions. 12.847 enfants sont scolarisés dans les écoles primaires publiques et l’école communautaire Maeecha d’Adda dans le Nyumakele avec un effectif de 5492 filles.

Maoulida Mbaé (HZK-Presse)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*