En ce moment

Des dizaines de candidats au pèlerinage sans visa, dont un conseiller d’Azali

M. El Bak, Conseiller Spécial du Président Azali, chargé des affaires religieuses, lui aussi sans visa.

Hayba a dans un précédent article loué la bonne organisation du Pèlerinage et l’a notée de 15/20 mention bien.

10 mn après, nous avons reçu la visite de candidats au voyage dans les saints lieux et un agent de voyage, furieux que nous faisons la publicité du gouvernement  » qui leur a volé leur argent et le pèlerinage »

Selon eux, Ils se sont inscrits en décembre payé les 750 000 de caution demandé. Caution qui a permis à la Direction du Hadj de faire la réservation des hôtels et des bus pour se voir accorder le quota de 1200 pèlerins pour cette année.

Selon un responsable d’agence de voyage, l’Agence du Hadj a profité d’un petit retard au paiement pour prendre les places et les attribuer à d’autres personnes qui n’étaient pas sur la liste notamment les pèlerins venus de Mayotte et cela sans rien dire. Un expert du Hadj, maintenant, cadre dans une campagne aérienne, nous dit, que les cautions sont coutumières. Cette année, l’Agence n’a informé les clients du délai du règlement de la totalité que 2 semaines avant, alors qu’on les prévient, bien avant.

Les places ont donc été données aux pèlerins de Mayotte.

En 3 jours les services de l’immigration ont été mobilisés pour établir des passeports comoriens.

Des agences de voyage se retrouvent avec des clients ayant payé la totalité de leur frais sans visa.

Un pèlerin venant d’Anjouan va partir avec un visa de courtoisie obtenu via l’ Ambassade de l’Arabie Saoudite. Ce pèlerin a dû repayer la totalité du package pour prendre le même vol, l’Agence du Hadj a annoncé que tout remboursement se fera après le Hadj.

Mais le pire, d’après un autre responsable d’agence, c’est que l’état s’est accaparé de 35 des 50 visas de courtoisie accordés au pays laissant les agences sans solution de recours.

Ce matin la mobilisation des pèlerins malheureux n’a rien changé, beaucoup resteront sur le tarmac.

Prévenu que Monsieur Elbak, ancien Président de l’île de Ngazidja,actuellement conseiller spécial du président, n’a pas pu partir faute de visa, nous l’avons joint au téléphone. Il n’a pas nié qu’il était partant, mais n’a pas voulu nous expliquer le pourquoi de la non obtention du visa, ni s’il était au courant du sort des candidats pèlerins qui n’ont pas pu partir.

Hayba FM

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*