Des employés accusent un arriéré de 2 mois de salaire

Les employés de l’Apc sont en grogne. Et pour cause : ils attendent encore que leur soient versés 2 mois de salaire. Interrogé sur les raisons de cette situation, Toilabia Soilihi désigne la Snpsf comme étant l’unique responsable de ces arriérés de salaire. En revanche, la Banque postale dit qu’elle a toujours accompagné le paiement des salaires des agents de l’Apc ; il est impensable que l’Apc ait viré les salaires et que les employés ne soient pas payés. Dialogue de sourds.
 
Interrogée sur les raisons de cette (mauvaise) situation, la présidente-directrice générale de l’Apc, Toilabia Soilihi,  désigne la Société nationale des postes et services financières (Snpsf) comme étant responsable de cette situation d’arriéré de salaire.
 
    La Snpsf manifeste de la lenteur dans le paiement des salaires des agents et par conséquent nous avons décidé de transférer le paiement de nos agents vers notre compte domicilié à la Banque fédérale de Commerce (Bfc). 

Dans son intervention, la patronne de l’Apc a soutenu que l’établissement disposait de deux comptes, l’un domicilié à la Snpsf et l’autre à la  Bfc.
«Nous avons juste décidé de transférer ce paiement vers notre compte de la Bfc. Pour régler la situation très rapidement, les agents de la banque ce sont rendus auprès de l’Apc, pour monter le dossier et faciliter l’ouverture des comptes de nos agents».
A en croire la directrice, «les membres du  personnel, dont les comptes sont domiciliés à la Bfc n’ont jamais rencontré de problème de paiement».

Un prêt de 52 millions  de francs
Du côté du personnel, les avis divergent. Pour certains, le retard de paiement de salaires serait dû «à de la malversation financière» et d’autres accusent la Snpsf d’être la cause de ces 60 jours de disette.
A l’instar de Zaitoune Iliassa, travaillant à l’Apc et  partageant l’avis de la directrice générale, «l’Apc n’a pas de problème. Un paiement de deux mois de salaire est déjà programmé, mais il se fera dès que les comptes des agents seront ouverts à la Bfc».
A la Snpsf, on entend évidemment un autre son de cloche. Une source de la Banque postale, qui a requis l’anonymat, soutient que la Snpsf a toujours accompagné le paiement des salaires des agents de l’Apc.
«Il est impensable que l’Apc ait viré les salaires et que les employés ne soient pas payés. Le paiement des salaires a toujours été une priorité de la Banque postale et je sais ne pas comment cela peut être possible».
Au sujet de transfert des comptes des agents de l’Apc vers la Bfc, cette même source  affirme que la société d’Etat avait sollicité un prêt d’une cinquantaine de millions sans garantie.
La Banque postale aurait refusé car les conditions n’étaient pas réunies. En clair, l’Apc ne serait pas, aux yeux de la banque postale, solvable et notre interlocuteur a rajouté que c’est parce que l’Autorité portuaire n’a pas obtenu le prêt qu’elle est partie à la Bfc .
Une chape de mystère sur le pourquoi du non paiement des agents de l’Autorité Portuaire. 

Mariata Moussa /Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*