Des employés du Retaj-Moroni protestent

Des employés de l’hôtel Retaj-Moroni suspendus de leurs fonctions en février dénoncent dans une conférence de presse tenue ce week-end à Moroni ce qu’ils appellent de l’exploitation et de l’esclavage moderne.
 

image

C’est après avoir dénoncé les conditions de travail auxquelles ils étaient soumis que quatre employés de l’hôtel Retaj-Moroni ont été suspendus de leurs fonctions, à en croire Abdou Ibrahim, délégué du personnel. Depuis Près, sept mois se sont passés.
 
« Quatre personnes dont une femme sont suspendues de leurs fonctions en février, mais la dernière a été réintégrée », a dit Abdou Ibrahim alias Kassim.
 
Selon lui, depuis 2011, ils ont vécu constaté des violations des lois de et règlements qui régissent leur travail. Ils auraient tenté une première approche qui se serait soldée par une suspension de 9 mois pour Abdou Ibrahim.
 
« A cette époque, nous avions eu gain de cause ; le gouvernement avait fait expulser le directeur. Avec le nouveau, les choses ont empiré », a dit Abdou Ibrahim.
 
En 2013, les employés reviennent à la charge. Ils revendiquent entre autres, une augmentation de salaire ou encore l’assurance maladie, le règlement intérieur de la société ayant stipulé que les frais de santé des employés doivent être pris en charge à 100% par la société et à 50% pour les membres de leur famille. Mais rien de tout cela n’aurait jamais été fait en dépit de multiples réclamations.

Abdou Ibrahim dit continuer le combat pour un meilleur traitement des employés de l’hôtel.

Ibnou M. Abdou /hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*