Des jeunes formés en gestion de conflits et médiation sociale

Une formation de recyclage et d’actualisation des modules de formation sur la gestion des conflits et médiation sociale a débuté lundi à Moroni. Elle concerne 22 jeunes issus des associations oeuvrant pour la paix dans les trois îles.

22 jeunes sont réunis à Moroni pour partager de nouvelles connaissances sur les modèles de gestion des conflits et de médiation sociale. La formation, qui va durer cinq jours, rassemblent des participants de Mohéli et d’Anjouan et est assurée par des formateurs nationaux. L’organisation de cette formation répond à un double impératif; d’une part, renforcer les compétences et les capacités des membres du réseau des jeunes leaders de la paix et des autres associations des jeunes impliqués dans ce processus. D’autre part, préparer des médiateurs capables de mener des actions concrètes sur le terrain pour prévenir des situations de conflits, de trouver des solutions aux différents conflits qui prévalent dans les villes et villages du pays.

« Notre objectif majeur est non seulement de renforcer vos capacités en gestion de conflit et médiation sociale en faveur des jeunes et des femmes pour la paix, mais aussi de les appliquer pendant les exercices pratiques que vous aurez cette semaine », explique Mamadou Boina Maecha, assistant Programme à l’UNFPA. Cette formation est le fruit de nombreuses actions par lesquelles le réseau national des jeunes leaders pour la paix, le gouvernement de l’Union des Comores, le gouvernement de l’Australie à travers l’UNFPA, entendent contribuer au renforcement de la prévention de la paix et de médiation sociale.

« Cette formation n’est pas une première pour vous. Il y a quelques années, vous avez bénéficié de formations similaires et nous avons eu des retombées à travers les différentes médiations et interventions auxquelles vous avez fait l’objet », poursuit-il.

Le directeur national de la solidarité reste convaincu que sans la paix, le pays ne pourra pas avancer. « Former les jeunes sur la gestion des conflits et de médiation sociale est vraiment important pour le pays. Si aujourd’hui, on fait face à un conflit dans un village, nous savons que nous avons une personne qui est déjà prête à intervenir », dit-il. Cette formation est financée par le gouvernement australien à travers le programme AID australien sur un projet de renforcement de l’implication des jeunes et des femmes dans la prévention des conflits communautaires aux Comores.

Mohamed Youssouf / LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*