Des partis politiques fustigent les nouvelles listes électorales

12241458_1202596063084185_4497650444635194793_n

12241458_1202596063084185_4497650444635194793_nA quelques semaines du dépôt des candidatures, une déclaration commune des partis politiques de l’opposition et de la société civile mettent en doute la capacité de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à assurer ‘‘une élection libre, transparente et démocratique’’.

Ils accusent la Ceni de les tenir à l’écart du processus et de refuser de communiquer face aux enjeux majeurs liés à ces élections.

La déclaration pointe du doigt certaines défaillances constatées dans le nouveau fichier électoral : cartes d’électeur non sécurisées, doublons, mauvaise distribution des cartes d’électeurs,…
Ainsi, “Ils expriment leur profond désaccord sur ces méthodes et rejettent les nouvelles listes qui sont issues de la révision exceptionnelle, qui ne fournissent aucune garantie de fiabilité et qui risquent à la fois de créer les conditions de tensions politico-sociales et à décrédibiliser l’Etat comorien encore une fois”, peut-on y lire.

Les signataires dénoncent également le ‘‘manque de prévoyance’’ des autorités en charge des élections qui, selon eux, auraient pourtant été informées par l’expert de l’Union européenne sur le risque de dysfonctionnement majeur du fichier électoral.

Ils regrettent ainsi le non-respect des recommandations de l’observation internationale et nationale lors de dernières échéances et

‘‘exigent la mise à disposition des partis des listings électoraux réactualisés, homogènes et sécurisés, la publication du budget des élections sous tous les angles de déclinaison et d’affectation, la garantie pour tout électeur d’exercer son droit civique par les moyens requis, notamment la carte électorale biométrique à défaut carte d’identité biométrique, cf article 18, 116 et 118 du code électoral, la publication du rapport des dernières élections, cf article 49 du code électoral, et dénoncent et condamnent la manière dont a été exécuté le budget électoral.”

La déclaration condamne enfin la manière dont a été exécuté le budget électoral des dernières élections et exige la publication du rapport financier effectué par la Cour des comptes.

Par ailleurs, l’opposition dit saluer ‘‘l’engagement des partenaires bilatéraux et multilatéraux dans ce processus électoral’’ et s’engage, à son tour, ‘‘à tout mettre en œuvre pour un scrutin libre, transparent et démocratique’’.
Nazir Nazi (al watwan)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*