Des tirs de rafales dans la nuit du dimanche à Wani

L’information est sortie au milieu de la nuit et faisait état de plusieurs tirs de rafales qui auraient retenti dans la ville de Wani entre 1h et 2h du matin.

 

Tôt le matin, l’information nous a été confirmée par une source bien informée. Selon cette source très impliquée dans l’organisation du scrutin référendaire, « des tirs de rafales ont retenti trois fois dans la nuit à partir de 1h du matin sans que l’on arrive à identifier leur provenance ni leurs auteurs » nous-a-t-on confirmé.

Cette situation a eu comme conséquence l’acheminement du matériel électoral dans les bureaux de Wani et ses environs à 5h du matin sous recommandations de l’armée alors que dans les autres localités, les bureaux ont été équipés dans la nuit. « L’armée a demandé à la commission électorale indépendante et insulaire de n’envoyer le matériel que tôt le matin afin de garantir leur sécurité » continue notre source qui révèle également des menaces proférés à l’encontre du président de la Ceii, Ahmed Rakib.

Pour le moment, nous ne savons pas si ces tirs ont en rapport avec le déplacement de l’ancien président, Ahmed Abdallah Sambi vers une destination inconnue ou en rapport avec les tirs essuyés par le vice-président, Moustadroine Abdou ou tout simplement à l’organisation du référendum. Rakib conseil

Mohamed Youssouf  / Alwatwan

 

1 commentaire sur Des tirs de rafales dans la nuit du dimanche à Wani

  1. C’est idiot de tirer en l’air dans la nuit. Les anjouanais réputés pour ne pas avoir peur eh bien sont restés très silencieux toute la journée de lundi. Curieux car on croyait que c’est à Anjouan que ça risquait de s’envenimer. Ils ont eu sans doute peur et se sont agités pour rien. Et parait-il c’est au moment de leur tour en 2021 qu’ils vont réagir ! Trop tard. Azali vous a piégé et c’est sûr vous n’aurez pas la présidence en 2021. Je vous le jure !

Répondre à ahmed omar Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*