Désignation de deux points focaux auprès de la Commission de lutte contre la corruption

Selon une des personnalités concernées, cette désignation-nomination est un moyen pour le ministère de la Justice de «mettre en oeuvre les mesures prises par le gouvernement pour veiller à la mise en place de la politique nationale de lutte contre la corruption».

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

image

L’ancienne procureur de la République et l’administrateur en chef du ministère de la Justice, respectivement Maoulida Djoubeire et Saëndou Djazila, sont devenus, depuis le 16 septembre, les points focaux du ministère de la Justice auprès de la Commission nationale de prévention et de lutte contre corruption (Cnplc).

Ils vont faire partie d’un groupe d’experts-pays chargés du mécanisme d’examen de la Convention des Nation-unies contre la corruption et les crimes financiers. Selon Saëndou Djazila, dans l’attente de leur nomination officielle, «nous avons déjà travaillé avec la Cnplc sur l’élaboration du rapport d’autoévaluation du pays sur l’application de la Convention», dit-il.
Au sujet, justement, de ce rapport d’autoévaluation, l’administrateur en chef a fait savoir que ce document tenait compte de l’état d’avancement des procédures mises en place par le gouvernement pour le respect de la convention.

«Nous avons travaillé dessus deux semaines avant notre nomination», a-t-il précisé. Et d’ajouter que l’Union des Comores est choisie parmi les pays chargés de procéder à l’évaluation du Sénégal. Une opération à laquelle les deux points focaux se seraient déjà attelés.
Selon Saëndou Djazila, «l’Etat comorien fait partie des pays signataires de la Convention des Nations-Unies contre la corruption et les crimes financiers. Donc, il a pris toutes les dispositions pour mettre en place les différentes institutions chargées de prévenir et de lutter contre ce fléau.»

A l’en croire, leur désignation-nomination est un moyen pour «le ministère de la Justice de mettre en oeuvre les mesures prises par le gouvernement pour veiller à la mise en place de la politique nationale de lutte contre la corruption.»

Mm / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*