Deux anciens présidents poursuivis en justice dans une affaire de vente de passeports

Les anciens présidents comoriens Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et Ikililou Dhoinine sont visés par une procédure judiciaire suite à une affaire de vente de passeports entre 2008 et 2016. Plus de 48 000 passeports ont été accordés à des populations apatrides durant cette période, au lieu des 4 000 initialement prévus.

Après avoir reçu, le 10 avril, le rapport parlementaire sur le programme de nationalité économique, le chef de l’État, Azali Assoumani, a aussitôt demandé à la justice de s’emparer de cette affaire, les principaux responsables étant ses prédécesseurs Ahmed Abdallah Mohamed Sambi et Ikililou Dhoinine.

Selon le rapport, plus de 48 000 passeports ont été accordés à des populations apatrides du Koweït et des Émirats arabes unis entre 2008 et 2016, au lieu des 4 000 prévus par l’accord. Soit un manque à gagner estimé à 1 milliard de dollars pour l’État comorien (50 000 dollars par famille).

Jeune Afrique

2 commentaires sur Deux anciens présidents poursuivis en justice dans une affaire de vente de passeports

  1. IL faut aussi poursuivre Hakim Ali Said qui avez mis le pavé dans la marre en mettant la constitution Comorienne à genou. Cette constitution qui prévoyait la présidence tournante et le tour d’un Mahorais puisque Mayotte et les Mahorais sont Comoriens à jamais .Dès l’ annonce de sa candidature les Comoriens de tout bord ne se sont pas fait attendre pour verser leur charge et leur venin hyper toxique envers lui puisqu’il s’ agissait d’ un Mahorais ,Nous avions pris le soins de garder précieusement les articles de tous les médias Comoriens et archiver tous les commentaires des Comoriens .Cela n’ était pas étonnant de voir nos soi-disant frères Comoriens, exprimer leur don en matière d’ hypocrisie .
    Maintenant que les WAGAZIDZAS vantards sont revenus au pouvoir, avec la dynastie AZALIENNE prenant uniquement les jeunes de son village aux postes Etatique, vous croyez que vous pouvez nous faire miroiter votre république bananière, corrompu et bien organiser anarchiquement qui se trouve au bord du gouffre.

  2. Étant donné que la commission chargée de l’enquete Et la majorité des députés contestent ce rapport , le qualifiant honteusement de mensonger . Azali ne devait pas compter. Ou faire confiance à un rapport moribond. Si il a lui même guidé et commandité le contenu du rapport dans le but d’humilier , d’assassiner ces deux précédents présidents , Je trouve cela pas du tout fair-play. Sachant que c’est grâce à Sambi qu’azali retrouve le pouvoir et nous dirige avec sa famille et ses amis en dent de scie . Une telle attitude haineuse ne va en aucun cas servir où souder notre jeune pays , au contraire la situation nous entraine à une querelles Politiques voir une destabilisation du pays . C’est grave!!!

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*