Deux possibilités pour stopper Azali et rétablir l’Etat de droit

Opinion libre: La première serait d’utiliser la force de la rue. Il est prouvé que le dictateur est minoritaire et que seuls quelques arrivistes seraient prêts à le défendre ouvertement. Cette rue, en supériorité numérique serait la mobilisation des partis politiques d’opposition dont le plus populaire JOUWA, les parlementaires renforcés par la défection d’un vice Président en exercice, l’accompagnement du diaspora, les gouvernorats de Ngazidja et de Ndzouani.
Cette rue a une puissance souveraine. Elle peut mettre fin à toutes les injustices, notamment l’emprisonnement arbitraire de SAMBI.
C’est pourquoi j’appelle à une rencontre de reflexion et de travail de deux hauts réprésentants par force en présence pour un chronogramme d’actions dans les deux semaines qui viennent. Il s’agirait des représentants de chaque partis ou mouvement de l’opposition, des gouvernorats, des parlementaires, du diaspora, de la société civile, de la presse libre, des juristes et de la vice présidence de Ngazidja.
Une commission de coordination sera l’organe directeur des actions adoptées et des avocats dont au moins deux de l’Etranger.

La deuxième possibilité est un engagement juridique des gouverneurs de Ngazidja et de Ndzouani et du vice Président DJAFFAR. Ils doivent saisir les instances internationales et régionales ainsi que les pays amis et voisins sur la menace sérieuse que font peser la dictature et la corruption aux Comores avec impacts sur la région, notamment Mayotte et Madagascar.
Il faudrait saisir ces instances en bonne et dû forme et non se limiter des dénonciations sur les réseaux sociaux. C’est bien, mais pas assez et n’ont pas de valeur juridique.
AZALI est minoritaire et sa dictature est prouvée par des nombreux actes anti droits et anticonstitutionnels. Socialement, il sent mauvais; juridiquement; il est acculé.
Il ne compte que sur une armée qui implose dans la division intestine. D’ailleurs des centaines de jeunes issus des rangs des désespérés arrivistes s’accrochant à AZALI vont être récrutés afin d’être instrumentalisés par la dictature afin de mettre en veilleuse les militaires légalistes qui menacent la survie de l’anarchie.

Plus rien n’empêche la combinaison de ces deux stratégies pour un coup d’arrêt à la dictature; la poursuite des voyous de la république et le retour à la légalité conformément à la constitution en vigueur.

BEN ALI.

1 commentaire sur Deux possibilités pour stopper Azali et rétablir l’Etat de droit

Répondre à PEYRE Léo Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*