Diaspora, comment pourras-tu sauver ton peuple ?

Une horde de démons politiques ! C’est ce que la nature nous a offert généreusement. Et maintenant que le plus ignoble a franchi le Rubicon, la diaspora sortie de ses gonds pour en découdre, c’est une myriade de questions qui s’imposent.

1-Qui est le chef de la contestation ?

2 -si Azali tombe, le pouvoir sera remis à qui ?

3 -la chute d’Azali entraînera t-il systématiquement la conception d’un autre système politique respectueux de l’état de droit ?

Ces questions semblent être provocatrices mais pour que l’appel de la diaspora soit audible, elle a intérêt à nous donner des réponses claires. Allez vous savoir pourquoi ? Le peuple veut être rassuré que cette fois ci c’est lui qui en sortira gagnant. Gare à une poignée de politiciens véreux qui veulent faire main basse sur la lutte surfant par l’occasion sur notre désarroi. Les comoriens en ont assez d’être utilisés comme rempart de contrebandiers affamés du pouvoir ? En outre, le mouvement s’essouffle car il y’a un déficit de confiance entre le peuple et les politiciens. A se demande comment le rétablir ?

Cela dit, je loue le combat que mène la diaspora pour en venir à bout de la dictature d’Azali. Mais je désapprouve l’autoritarisme qui règne au sein du CNT. Je me perds en conjoncture si bien qu’il m’est quasiment impossible de demander l’extinction des affairistes politiques évoqués ci haut sans jeté le trouble au sein de la contestation. Certes, il est de coutume que ces démons politiques soient au service du palais mais personne ne peut ignorer qu’une fois excommuniés, ils se convertissent a l’opposition espérant recevoir un nouveau sacrement du peuple. Exactement c’est ce qui se passe. Les conversions et les retournements de vestes sont à l’ origine du manque d’enthousiasme et de l’effritement de la contestation.

Voyons la crédibilité de la lutte est à quel prix ?

Pour remettre la lutte au bon pied, La diaspora doit servir de bon exemple.

Nous avons besoin à la tête de la contestation des visages qui feront l’unanimité. Des gens choisis par leurs probités, honnêtetés, incorruptibilités et par leur amour à la patrie.

si la lutte se porte mal à l’aise c’est par le fait qu’il est sous tutelle de Larifou au lieu d’être sous l’égide de Rafsandjani. Le premier a sciemment détourné les assises, bricolé la constitution pour légitimer la dictature tandis que le second a touché la sensibilité de tous les comoriens par son opiniâtreté à défendre l’état de droit.

Comment expliquez vous que Hassani Hamadi, lui qui s’est accroché jusqu’au bout à son poste mirobolant, soit propulsé au devant de la lutte au détriment de Faiza Soulé ou Toufeyli qui ont perdu leur travail pour avoir défendu corps et âme les valeurs de la démocratie ?

C’est plus qu’un déclin que soient oubliés ceux qui sont jetés en prison et ceux qui ont risqué leurs vies en défendant la démocratie pendant que ceux qui se sont enfuis s’autoproclament héros de la lutte. Il faut reconnaître que les Nadia tourqui, El barwane, Moustoifa Saïd Cheik ont beau batailler dans cette lutte. Si ce n’est pas une imposture pourquoi les avoir écartés ?

De grâce, faisons preuve de prudence. L’enjeu véritable de la lutte n’est pas de hisser des opportunistes sur le pont. C’est plutôt de tracer une nouvelle voie pour que le pays puisse trouver la lumière au bout du tunnel. Donc pas d’amalgame entre renversement du pouvoir et changement du système. Ainsi, il s’avère que dans l’hypothèse où la contestation veut vraiment changer GOZIBI, elle doit avant tout commencer à FAIRE PEAU NEUVE.

C’est ainsi que tout le monde va accueillir le changement à cœur joie.

Par Cap Patrie


Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/1/d365227695/htdocs/wordpress/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*