Diaspora : La manifestation au Trocadéro et interviews des participants

video

Ce samedi 5 mars, des membres de la diaspora ont participé à l’appel des candidats malheureux à la présidentielle du 21 février en participant à un rassemble place Trocadéro. L’équipe de Comores infos vous livre quelques témoignages vidéos.  video

1 commentaire sur Diaspora : La manifestation au Trocadéro et interviews des participants

  1. LES COMORIENS AURAIENT-ILS EXECRE PAR LEURS ENSONGES A L’EGARD DE LA RELIGION MUSULMANE?

    Des faisceaux d’indices laissent présager que les Comores sont abominés par les actes insensés des autorités politiques. Ces actes sont de gravités et portent atteintes aux bonnes mœurs. Cependant, cette situation perdure et pourrait tôt ou tard provoquer un bain de sang.

    Dans un contexte, de non respect des valeurs sur lesquelles constituent l’osmose d’une société, ouvrira la porte de toutes les pagailles. Dans une société sans valeurs communes, ni respect des règles, elle constituera le foyer de la corruption et du népotisme.

    Les autorités politiques et leurs administrés n’ont pas des valeurs et par conséquent, ils paient lourdement leurs mensonges notamment vis à vis de la religion.

    Commençons par les autorités politique. Ceux-ci ne cessent de payer efficacement leurs mensonges. C’est le cas de certains candidats ou des anciens candidats dont ils souffrent avec avec leurs femmes des infections rares voire même des leucémies. Au même moment, d’autres décèdent dans des conditions inhumaines. Ces punitions divines viennent substituer une partie de la population comorienne qui souffre en silence.

    Ces menteurs politiques qui n’hésitent pas à jurer sur le livre saint ont menti à dieu et au peuple comorien. Il faut souligner qu’en jurant sur le coran n’est autre qu’un acte d’engagement non seulement devant Dieu, mais aussi devant l’imam qui vous prête serment.

    Donc, toutes les maladies les plus dures frappent les hommes et les femmes politiques sans oublier leurs proches.

    Ces infections ne peuvent être soignées que par les deniers publics. Beaucoup d’entre eux se portent candidats afin d’assurer leurs soins intensifs dans les hôpitaux occidentaux, car ils n’ont pas les moyens pour se payer les soins nécessaires à leur guérison.

    Il faut dire que malheurs à ceux qui volent l’argent de tous les comoriens. Regardons le candidat mourant, il fait tout pour prendre le pouvoir car, il s’agit du seul moyen pour assurer ses soins de peau. Quant un autre candidat, dont un membre de sa famille a une leucémie. Et pour soigner ses maladies, il faut des moyens colossaux.

    En revanche, leurs malheurs ne s’arrêteront pas là, puisqu’ils auront d’autres phénomènes divins. S’ils pensent qu’on pourrait mentir aux hommes, il y’aura des moments de vérité. Dans ce moment, chacun sera tout seul face à ses actes y compris les oulémas menteurs de notre pays.

    Ces oulémas qui légitiment les hommes politiques auront des comptes à rendre. Nous distinguons trois catégories d’oulémas:

    D’abord, ceux qui mélangent la politique et la religion. Ils sont nombreux et pourraient passer leurs séjours dans la géhenne, si l’on croit à la fin du monde. Ces derniers, ont vendu leur livre contre quelques billets de Francs comorien. C’est le cas de ceux qui prêtent serment aux chefs d’état.

    D’autres, ne cautionnent pas la pagaille qui règnent dans l’archipel, mais restent dans le silence absolu. Ceux-ci sont responsables car, qui dit rien consent.

    Et enfin, il y a ceux qui parlent et qui ne sont pas écoutés. Eux, accomplissent leurs devoirs d’ouléma. Ils en parlent dans les mosquées, les places publiques et dans les mariages mais ils sont tellement phagocytés par ceux qui légitiment le pouvoir et personne ne les écoute.

    Quant à la population en générale, elle est co-responble de tous les malheurs qui s’abattent sur elle. Elle vend son vote contre un sac de riz, et élit un voleur par ce qu’il vient de sa région. Cette population ne pense pas, elle est sourde, aveugle et par conséquent, elle subit la misère du monde. Beaucoup de maladies apparaissent aux Comores faute d’électricité, d’eau potable, et des instruments capables de poser les bon diagnostics. Tout cela ne permet pas à la population de sortir dans leur mutisme.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*