Diaspora / Youssouf Abdallah : «Cesson est un club familial que l’on a envie de rendre compétitif»

Youssouf Abdallah a repris en main l’équipe senior de Cesson l’été dernier en Régional 3. Après une saison de bonne facture, conclue par une montée en R2, l’ancien coach du Mée Sports se montre ambitieux pour son club. Interview.

Pouvez-vous nous dire un mot sur la saison dernière, où vous terminez 6ème du groupe B de Régional 3 ?

Elle a été plutôt honorable étant donné qu’il s’agissait de ma première expérience en senior. Le club sortait de 2 années difficiles. On a su redresser la barre et briser la spirale négative, parce que les joueurs ont adhéré au discours et à la méthode de travail. Avec à la clef de tout ça, une montée de l’équipe A en R2 grâce à la réforme, mais la plus grosse performance reste celle de Thierry Kimpesa qui a mené la réserve D1 en Ligue (R3).

Pouvez-vous revenir sur votre parcours en tant que coach ?

Ayant commencé très tôt à 15 ans, j’ai fait toutes mes classes au Mée Sports, de l’école de foot jusqu’aux U19. Je me suis aussi occupé des U17 de Melun pendant 2 ans, avec lesquels nous sommes montés en DHR et avons manqué de très peu l’ascension en DSR. J’ai aussi eu en charge les U17 DSR de Fleury lors de la saison 2016-2017. J’ai passé une année très enrichissante là-bas.

« Devenir un club plus attractif en jeunes »

Parlez-nous de vos ambitions avec les seniors A de l’ESCV la saison prochaine ?

Malgré nos moyens financiers limités, nous n’avons pas de fixe, on s’est renforcé de manière assez prometteuse. Avec Thierry on a fait un mélange entre des jeunes et des joueurs confirmés, aguerris. Je pense notamment à Nelson Almeida , Bahri Guleser, ou encore Julien Bilong qui ont un parcours intéressant en tant que joueur. Ils vont cadrer nos jeunes. On sera sans doute le petit poucet de la R2. Le maintien est un minimum, mais si on travaille bien, on peut prétendre au top 5.

Pourquoi avoir ciblé des joueurs d’expérience ?

J’ai remarqué la saison dernière que les équipes du haut de tableau avaient des joueurs d’un certain âge. Il n’y avait pas forcément beaucoup de jeunes. Je dirais une moyenne d’âge de 26-30 ans, avec des joueurs ayant jusqu’à 35 ans. Je pense à Val Yerres Crosne , Neuilly-sur-Marne, Vincennes ou encore Claye Souilly.

Quelles sont les ambitions du club de manière plus globale ?

L’ancien président, Hugues Boulch a travaillé pendant 12 ans pour emmener le club à un niveau Ligue. Il a fait un gros travail . Pour des raisons personnelles, il a quitté la présidence mais reste très proche. Le nouveau président et le comité directeur ont repris le flambeau de belle manière, maintenant on va travailler sur les catégories jeunes sous la houlette de Silvestre Betouban, de retour parmi nous, de Jonathan vanon et de Bruno Chevrier.

Comment comptez-vous vous y prendre ?

Cette saison nous comptions près de 650 licenciés, donc on ne peut plus être qualifié de petit club. L’ESCV est un club familial auquel on a envie de changer un peu les habitudes afin de le rendre compétitif. Nous devons tout d’abord pérenniser nos 2 équipes seniors en Ligue et en parallèle devenir un club attractif en jeunes. Géographiquement on est entouré de grosses structures comme Melun, Le Mée, Sénart-Moissy et Savigny-le-Temple. Pas facile pour nous de tirer notre épingle du jeu. On va travailler pour emmener nos catégories à 11 en Ligue avec des joueurs issus de nos deux communes. On ne veut pas se reposer que sur du recrutement, mais aussi sur la formation. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, c’est sûr. Nous allons mettre un cadre et et faire plus d’effort sur la formation de nos éducateurs afin notamment d’améliorer le contenu de nos séances.

Propos recueillis par Julien Guibet/ actufoot.com

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*