En ce moment

Diplomatie : Un nouvel ambassadeur du Niger accrédité aux Comores

“Plus que jamais la population comorienne a besoin du Niger pour assurer sa contribution dans la formation des jeunes comoriens. Car plusieurs cadres et techniciens locaux sont ressortissants des universités nigériennes”, a déclaré Zakariaou Adam Maiga peu après avoir présenté ses lettres de créances au chef de l’Etat, Azali Assoumani.

Zakariaou Adam Maiga a présenté, samedi 21 novembre, ses lettres de créance au chef de l’Etat en qualité de nouvel ambassadeur de la République du Niger aux Comores au cours d’une cérémonie qu’a eu lieu au Palais présidentiel en présence du ministre des Affaires étrangères, Dhoihir Dhoulkamal.

“Plus que jamais la population comorienne a besoin du Niger pour assurer sa contribution à la formation des jeunes. Car plusieurs cadres et techniciens locaux sont ressortissants des universités nigériennes”, a souligné l’ambassadeur nigérien, précisant que les deux pays se sont toujours soutenus dans les principaux forums internationaux.

Devant la presse, l’ambassadeur nigérien reviendra sur les liens de fraternité qui unissent Moroni et Niamey depuis de longues années. Il a réitéré la volonté du président nigérien Mahamadou Issoufou de “renforcer les intérêts communs” et d’accompagner les îles Comores dans leur vision de l’Emergence à l’horizon 2030.

Les liens de fraternité

Zakariaou Adam Maiga justifiera l’importance de renforcer les relations entre les deux pays qui sont membres de plusieurs organisations régionales. “Cette cérémonie permet de concrétiser des ambitions communes et avantageuses entre les deux peuples au niveau des coopérations bi et multilatérale”, a conclu Zakariaou Adam Maiga.

Pour le ministre des Affaires étrangères, Dhoihir Dhoulkamal, le Niger est l’un des membres de premier plan de l’Union africaine qui accompagnent les Comores et “qu’il y avait nécessité de renforcer nos liens d’amitié”, revenant sur “le rôle majeur joué par le Niger” dans la mise en œuvre en mai 2019 de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf).

Hamidou Ali / Alwatwan

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*