Direction régionale des impôts : Les établissements Agk cadenassés

L’entreprise de Amine Kalfane, refuserait depuis cinq mois, selon le commissaire aux Finances de Ngazidja, de régulariser sa situation vis-à-vis de la direction régionale des impôts. Il s’agirait d’une taxe qui couvre la totalité de l’année 2015 et est applicable sur l’importation de l’alcool et du tabac.

Par Mohamed Youssouf

La direction régionale des impôts de Ngazidja, le commissariat aux Finances et le Groupe d’intervention de la police nationale (Gipn) ont opéré hier, tôt le matin, une descente dans les locaux des établissements Agk.

Objectif : fermer la société pour non paiement de la somme de 703 millions de francs au titre de la taxe intérieure sur la consommation. «L’établissement Agk refuse, depuis cinq mois, de régulariser sa situation vis-à-vis de la direction régionale des impôts.Cette taxe couvre la totalité de l’année 2015 et est applicable sur l’importation de l’alcool et du tabac», précise le commissaire aux Finances, Saïd Ahamada Youssouf.

Et d’ajouter que «toutes les voies ont été épuisées pour amener Amine Kalfane à la table des négociations, mais il les a ignorées. Nous lui avons sommé de venir déposer une déclaration qui permettrait à nos services de pouvoir l’imposer. Ensuite, nous sommes passés à une taxation d’office (…). En l’absence de réaction, nous avons bloqué ses comptes, suivis d’une mise en demeure pour finir aujourd’hui par la fermeture immédiate de ses magasins. Il avait auparavant répondu par une plainte dont nous avons fini par gagner le procès.»

Si l’on en croit toujours le commissaire, le tribunal a reconnu que cette taxe devait être payée à l’île de Ngazidja, mais que les établissements Agk ne l’ont jamais fait jusqu’ici. Il rejette l’argument d’Amine Kalfane selon lequel cette taxe est payée sur le cordon douanier. «La taxe intérieure sur la consommation ne peut être versée à la douane dans la mesure où il faut avoir consommé et l’imposition est à hauteur de 10% du prix de vente», explique Saïd Ahamada Youssouf.

Selon le receveur central de Ngazidja, Mansour Mbaé, «la société mise en cause n’a jamais voulu engager des négociations. Elle agit comme si ce pays n’est pas géré ; Agk estime qu’il nous est impossible de fermer ses magasins. Cette fermeture ne sera levée que lorsque la société se sera acquittée de cette taxe propre à l’île de Ngazidja.» Pour Amine Kalfane, la direction régionale des impôts aurait dû au préalable le tenir au courant avant de cadenasser ses établissements.

Malgré une tentative de résistance du responsable des magasins de distribution et de stockage, Ayouba Abdallah, le personnel a finalement été appelé à vider les lieux. C’était aux environs de 10 h 36 minutes que les premières portes ont été cadenassées par la police nationale.

Cette fermeture concerne douze magasins dont ceux du girofle, de l’alcool, de l’ylang ylang, de l’alimentation générale, des boissons gazeuses mais également trois conteneurs. Les journalistes présents ont, à maintes reprises, tenté de faire réagir l’avocat d’Agk, Me Ahamada Mahamoud et le directeur général, Amine Kalfane, mais ni l’un ni l’autre n’ont souhaité faire le moindre commentaire.

Alwatwan 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*