Discours : Azali a annoncé la révision de la constitution

« Mesurant l’importance des défis à relever, j’ai estimé qu’il était de mon devoir, de donner suite aux Assises Nationales et de lancer le processus de la révision constitutionnelle qu’elles ont préconisée », a déclaré le chef de l’Etat dans son discours à la Nation ce samedi. Voici l’intégralité du discours.

Comoriennes,

Comoriens,

Mes chers compatriotes

Les mois et les semaines écoulés, ont été marquées dans notre cher pays, par des événements importants, dont la tenue réussie des Assises Nationales.

Je vous remercie toutes et tous, mes chers compatriotes, d’avoir fait de ce grand rendez-vous historique, voulu par nos ainés et la société civile, un réel succès, grâce à votre mobilisation exceptionnelle, votre pleine implication et vos milliers de contributions,citoyenneset multiformes.

Dans mon discours de clôture de ces Assises, j’ai pris acte des conclusions et des recommandations issues de vos réflexions et de vos débats,qui ont dressé un diagnostic exhaustif des maux qui entravent l’essor de notre pays, depuis 42 ans.

J’ai pris bonnenote, des leçons à tirer à partir de l’évaluation et de l’analyse de cette périodepost-indépendance et, notamment, celle du Nouvel Ensemble Comorien, l’Union des Comores, née des Accords de Fomboni, de 2000 et 2001.

Les travaux declôture des ces Assisesont été marqués par demultiples échanges, extrêmement fructueux, entre les autorités sociopolitiques, la société civile et les experts.

Je voudrais ici, remercier toutes les personnalités et les experts nationaux consultés, pour leur disponibilité, leur contribution et le grand sens de l’intérêt national, qu’ils ont démontré tout au long de ces assises.

Je les remercie pour la sincérité de leurs analyses, la franchise de leurs remarques, et la pertinence de leurs propositions.

Je réitère ma gratitude à nos amis et à nos partenaires bi et multilatéraux ainsi qu’à tous les représentants de haut niveau, de la Communauté Internationale.

Leur présence, leurs messages hautement appréciés et les conseils prodigués, ont constitué un réel motif d’encouragement et de satisfaction, à ce dialogue inclusif de développement, et apportent à notre pays, une précieuse caution, à la mise en œuvre des conclusions et recommandations de ces assises.

Je renouvèle ainsi mes remerciements à eux tous et, en particulier,

– au Système des Nations Unies et à son Secrétaire Général,

– à l’Union Africaine et au Président de la Commission de l’Union Africaine,

– à la Ligue des Etats Arabes et la Commission de l’Océan Indien,

– à l’Organisation Internationale de la Francophonie

surtout pour avoir dépêché leurs représentants sur place et, ainsi, contribuer à donner encore plus de crédibilité à ces assises.

Mes chers compatriotes,

J’ai procédé ces derniers jours, à une série de consultations, avec

– les autorités nationales et insulaires,

– les élus nationaux, insulaires et locaux,

– les Organisations de la Société Civile,

– les Membres du Corps Diplomatique,

– les Ulémas,

– les opérateurs économiques,

– les Préfets et les Partis Politiques,

pour les tenir informés des recommandations des Assises Nationales et de leur mise en œuvre.

Aujourd’hui, avant de lancer la mise en œuvre formelle des recommandations retenues, j’ai tenu à m’adresser à vous, et à vous annoncer que j’ai décidé d’ouvrir avec vous, dans les semaines et mois qui viennent, une nouvelle page de l’Histoire de notre pays.

Je veux tracer avec vous une nouvelle voie pour les Comores, un meilleur avenir pour notre peuple, conformément à vos recommandations et à vos aspirations, exprimées lors de ces Assises.

Je compte en effet, conformément aux recommandations entérinées par ces Assises, proposer un processus de modification de notre Constitution, pour consolider l’Unité nationale, la Paix et la Stabilité,et soutenir le renforcement et la préservation des valeurs socio religieuses, qui fondent notre foi et notre identité.

Vous serez donc consultés, dans les mois à venir, sur ces modifications, destinées à moderniser et renforcer nos institutions, consolider les acquis démocratiques etl’état de droit, et améliorer la gouvernance des affaires publiques, en vue de favoriser l’émergence de notre pays à l’horizon 2030 et le bien-être du peuple comorien.

En plus de cette nécessité d’adapter notre Loi fondamentale aux exigences du développement, je dois aussi engager, sans plus tarder, comme le soulignent les recommandations de ces Assises, les mesures indispensables pour

– redresser les finances publiques et les sociétés d’Etat,

– lutter vigoureusement contre la corruption et les détournements des fonds publics

– et améliorer la gouvernance de l’Administration publique.

Cette lutte sans merci contre la corruption et les détournements des fonds publics, tant réclamés par tous depuis toujours et par les participants des Assises Nationales, ne pourra atteindre ses objectifs, sans la transmission des dossiers tant décriés à la Justice.

Nous ne pouvons réussir à renforcer l’Etat de droit, sans renforcer l’Administration publique, en le dotant des moyens adéquats, qui lui permettront d’appuyer efficacement le décollage économique de notre pays.

L’Administration a en effet, l’obligation d’assister et accompagner les efforts déployés dans l’intérêt général.

Des efforts seront également déployés, pour soutenir le développement du secteur privé, améliorer l’environnement des affaires, mettre en place un cadre approprié de dialogue et d’échange avec les entrepreneurs, dans l’élaboration et la mise œuvre de nos politiques économiques.

Nous devrons aussi comme l’ont recommandé ces Assises, poursuivre et amplifier les efforts de restauration et de modernisation de nos infrastructures de base, comme on l’a engagé au niveau de l’Energie et des routes.

Notre devoir est d’assurer l’inter-connectivité, de faciliter les échanges, réduire le coût du transport maritime et aérien et d’exploiter efficacement les nouvelles techniques de l’Information et de la Communication pour relancer la croissance.

En outre, l’accent sera mis sur l’intensification et la diversification de notre production, pour parvenir à l’autosuffisance alimentaire, sur l’appui à la transformation économique, la préservation de l’environnement, le soutien à l’emploi des jeunes et l’éradication de la pauvreté.

Les actions engagées dans le secteur de la santé vont se poursuivre, pour y instaurer une meilleure gestion afin d’offrir à la population, des soinsde qualité et réduire les prix de prestation des services de santé et, enfin, pour construire d’autres hôpitaux plus performants.

D’autres actions seront également engagées dans le secteur de l’éducation, pour adapter le système éducatif et de formation professionnelle surtout pour les jeunes, aux besoins de développement, afin de diminuer le chômage.

Comme vous pouvez le constater, le chantier de la construction de notre pays est immense mais non insurmontable.

Il exige notre patriotisme, notre sens élevé de l’intérêt national, notre détermination, notre capacité à exploiter, dans la transparence, les ressources mobilisables de notre pays, et notre volonté de réussir ensemble, dans le dialogue et la participation.

Oui, c’est par la mobilisation continue de toutes les forces vives et socioéconomiques de notre pays que nous pourrons relever les grands défis du développement inclusif de notre pays et réussir son émergence pour 2030.

Mes Chers compatriotes,

L’histoire de notre pays, a montré que lors des périodes les plus cruciales.les Comoriennes et les Comoriens ont toujours su surmonter leurs divergences, et fait montre d’une grande capacité à dépasser les clivages, entretenir les chemins du dialogue et préserver l’essentiel.

Ce sursaut s’est vérifié :

– en 1972 à la veille de l’indépendance,

– en 1974 lors du référendum d’autodétermination,

– en 1975 lors de la proclamationunilatérale de l’indépendance,

– en 1990 lors de la Conférence Nationale, qui a ouvert la voie au multipartisme,

– en 2001avec l’Accord de Fomboni,

Aujourd’hui, plus que jamais, les Comoriens ont impérativement besoin de puiser leur inspiration et leurs forces, dans cette culture de compromis, pour s’écouter les uns les autres, se comprendre et aller ensemble de l’avant.

Ce sont là des exigences pour tous les patriotes.

Alors, les échanges, parfois virulents, qui ont émaillés les milieux politiques de notre pays au cours de ces dernières semaines doivent céder la place, au débat et à la préservation de l’intérêt supérieur de la nation.

Pour ma part, je garde toujours à l’esprit que ma charge et ma fonction de Président de la République me font le devoir de garantir la cohésion sociale et à être le premier défenseur de l’intérêtnational.

Ce à quoi, je m’en tiendrai avec bienveillance et fermeté.

Cette même détermination sera présente dans les suites à donner aux recommandations des Assises Nationales sur les audits relatifs à la gestion des deniers publics.

Par coïncidence, je viens de recevoir des mains du Président et des membres du bureau de l’Assemblée Nationale, le Rapport parlementaire sur la Citoyenneté économique.

Comme vous le savez, la Loi relative à la Citoyenneté économique, son adoption, son application ainsi que la gestion des fonds issus de ce programme, ont été controversés et ont sérieusement entaché la crédibilité de l’Etat comorien, à l’intérieur comme l’extérieur du pays.

Je voudrais ainsi vous annoncer et vous assurer qu’avec l’aide des juristes, des moyens nécessaires seront déployés, pour faire la lumière, sur cette affaire plus que délicate.

Le hasard faisant parfois bien les choses, outre la présence réconfortante de nos frères et sœurs mahorais aux Assises Nationales, la question de l’Ile comorienne de Mayotte, s’est invitée dans l’agenda national avec les derniers événements dans cette ile sœur.

Je salue le patriotisme dont ont su faire preuve, les partis politiques, les acteurs de la société civile qui, sur cette question d’importance nationale, ont su dépasser les clivages et soutenir la position du Gouvernement.

J’ai proposé une nouvelle approche de cette question à notre partenaire la France avec qui, nous devons, au-delà des problèmes sécuritaires et d’intégrations à gérer, régler ce contentieux qui dure depuis bientôt 43 ans,

et ce, conformément au droit international et aux résolutions pertinentes de l’ONU, de l’Union Africaine et de la Ligue des Etats Arabes.

Mes chers compatriotes,

J’ai dernièrement pris la décision de transférer provisoirementles compétences de la Cour constitutionnelle, suite au constat du non fonctionnement de cette institution et après consultation de juristes éminents de notre pays.

Il ne me semble pas utile de revenir sur les débats juridiques qui ont été développés dans un sens ou dans l’autre.

La décision est prise, comme m’y autorise la Constitution dans son article 12-3.

Par contre, je regrette profondément les excès de langage y compris de certains de nos éminents juristes, et certains comportements d’hommes politiques, qui ont entrainé les débats vers une passion inappropriée.

Alors j’appelle tout le monde, en particulier les hommes et femmes politiques à la sérénité, à ne pas radicaliser le débat sur nos textes, susciter les craintes de nos compatriotes moins avertis, ou agiter le spectre d’affrontements inutiles et tragiques.

Mes Chers compatriotes,

J’ai, en tant que Président de la République, des responsabilités qui m’incombent, dont celle de l’initiative du référendum.

Mesurant l’importance des défis à relever, j’ai estimé qu’il était de mon devoir, de donner suite aux Assises Nationales et de lancer le processus de la révision constitutionnelle qu’elles ont préconisée.

Je ferai tout ce qui en mon pourvoir, pour que le climat politique et social reste apaisé.

En effet, au moment où notre pays fait face à des défis majeurs, pour s’inscrire parmi les pays émergents à l’horizon 2030, tout, absolument tout doit être fait pour écarter la division, la mésentente, la polémique et les malentendus.

Comoriennes et Comoriens,

Mes chers compatriotes

Quelle que soit les divergences entre les uns et les autres, somme toute normale en démocratie, nous avons un long chemin à faireensemble vers un meilleur devenir de notre pays.

Mais comme a dit un grand sage comorien, clamer que le chemin est long ne le raccourcit pas. Le raccourcir, c’est aller de l’avant. Alors, avec moi, mes chers compatriotes, allons de l’avant.

Vive la République

Vive l’Union des Comores

Qu’Allah bénisse notre pays.

8 commentaires sur Discours : Azali a annoncé la révision de la constitution

  1. Les mahorais (français) ont le droit de choisir leur destin comme sûr les comoriens qui ont choisi dignement leur indépendance. L’avenir des mahorais (français) est en France et en Europe.

  2. Louis Philippe je te conseil de gardé tes conseils à monsieur Macron, nous avons pas envie des conseils des étrangers un résident étrangers en France ne se mêle jamais de la politique extérieure de la France , reste à Mayotte tu as le droit de te bronzé profite du soleil , trompe ceux que tu peux mais tu es très mal placé à donner des leçons aux Comoriens , qui as tué nos envies président ? Qui sème la pagaille à Mayotte là réponse c’est votre état , que vous appeler état de droit .on est en 2018 l’esclavagisme est abolie , tout les petits Africains font les mêmes écoles que les petits occidentaux donc calme toi .

  3. Y’a rien d’intéressant dans ce discours je le trouve soporifique et bidon toujours pour arnaquer les comoriens et les suffoquer un président malheureux qui ne cherche qu’à faire fortune sur le dos des comoriens aucune proposition sur l’économie aucune proposition sur le pouvoir d’achat des comoriens aucune proposition sur la santé l’éducation que des paroles sur des paroles on n’en a marre dégage au pouvoir incapable faux président

  4. Il n’y a jamais eu de problème entre l’union des Comores (le pays indépendant et souverain par choix legitime) et Mayotte (la France par choix légitime aussi) puisqu’elle (île française de Mayotte) n’a jamais été comorienne. Le jour où l’Irlande du Nord se reunira politiquement avec l’ensemble d’Irlande alors j’admettrai que les lois internationales ont une vrai force politique. L’île française de Mayotte (française depuis 1841, département depuis 2011, RUP:Régions ultrapériphériques de l’union donc européenne depuis 2014) n’a rien à faire aux comores l’un des pays le plus pauvre au monde. Un conseil pour faire décoller votre pays, il faut arrêter la corruption.

  5. Azali assoumani Mugabe est-il entrain de faire un bras d’honneur à la communauté internationale, l’Union africaine, la ligue des états arabes et l’opposition comorienne ?
    La décision du dictateur sanguinaire Azali assoumani Mugabe de modifier la constitution pour rester au pouvoir est une humiliation de l’ensemble des instances internationales et régionales. Car, toute modification constitutionnelle en vue de s’éterniser Au pouvoir est un putsch. Or, tout coup d’état est strictement prohibé d’une part par la communauté internationale. Et d’autre part par l’Union africaine. Toutefois, sous les yeux de ces institutions le putchiste met en exécution son projet qui consiste à changer la constitution de 2001. Si l’Union africaine et la ligue des états arabes ne réagissent pas face à ce qui pourrait désintégrer l’archipel des Comores, le reste du monde dirait que ces dernières étaient Complices de la division de l’état comorien.

    Ensuite, nous demandons expressément à l’opposition comorienne de prendre leur responsabilité. En effet, dans l’histoire de l’humanité les grands hommes ont toujours payé le prix de la liberté. Car, une dictature doit heurter un mouvement de non violence. Dès à présent vous devriez être Unis sans arrière pensée pour stopper la folie meurtrière du colonel Azali assoumani Mugabe. Ceci, demande une organisation systémique de l’ensemble des opposants. C’est ainsi que les anciens méthode de bloquer le routes, les Axes principaux, les points stratégiques afin que l’armée intervienne pour susciter la curiosité du monde entier est conseillé. Il faut noter que ce système demande aussi la participation massive des élèves et étudiants et ceux-ci vont se répartir dans nos villes et villages pour que l’armée soit débordée. Si l’exécutif bafoue les libertés fondamentales, tout le monde doit faire autant. En effet, il y a un moment où la diplomatie arrive à ses limites. Et que l’usage de la force devient inévitable. Si Denard lui seul a fait fuir Azali assoumani Mugabe vers l’ambassade de France aux Comores, le peuple pourrait le mettre en touche.
    Nous appelons à tous les officiers anjouanais et les officiers de bonnes volontés de rester vigilant face à la situation à venir. Nous comptons plus sur eux pour dénouer cette crise. Car, ceux de l’île de ngazidja sont des vendus. Ils pensent qu’à leur pommes. Ce sont des affamés de l’armée et de la peur. Monsieur, le colonel BASTU, il est temps que l’histoire retient votre nom. L’amour de la patrie est une notion de bon sens. C’est le moment idéal pour légaliser un coup d’état militaire. Car, le motif du coup d’état est très clair. Celui, qui veut le pouvoir par un putsch, il doit le faire maintenant car, les éléments justificatifs sont là. Il s’agit de préserver la constitution, l’unité de l’état et une guerre insulaire.

    Bref, Azali assoumani Mugabe verra les mois à venir que son sort se trouve aux mains des officiers Anjouanais. Et, l’arrivée de l’ancien président SAMBI pourrait changer la position des opposants.

  6. Mr le president depuis ta naissance tu es un bikin-bakana.pourquoi.ne te rappelles pas un grand soldai dont tu as fut la guerre aller te caché a l’embassade de france a moroni.tu n’as pas honte.

  7. Ce discours est contraire de ce que fait Azali, il modifie la constitution pour mieux se servir avec ses proches et amis. Selon lui la bonne gouvernance se résume à la famille.suivie de quelques amis proches .
    Mes iles chéries Tes enfants ne te délaissent pas, ils cherchent un échappatoire.

Répondre à Malala Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*