En ce moment

Discours d’Azali à la cérémonie de la Journée Mondiale de l’Alimentation

Excellences, Mesdames et Messieurs, Honorable assistance. J’éprouve un réel plaisir à célébrer ensemble avec vous la Journée Mondiale de l’Alimentation.

Pour des raisons d’agenda, nous avons dû décaler cet évènement, de sa date conventionnelle du 16 octobre, pour le tenir aujourd’hui sur notre belle île de Mwali et dans cette ville historique de Fomboni.

Toutefois, la célébration de cette quarantième édition, garde tout son intérêt, non seulement parce qu’elle coïncide avec le soixante-quinzième anniversaire de la création de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) mais aussi parce qu’elle a lieu en un moment où le monde, dans son ensemble, est confronté à la grave crise sanitaire, liée à la Covid-19, qui fait peser de sérieuses menaces sur la sécurité alimentaire.

A cette occasion, je voudrais tout d’abord, renouveler nos remerciements à tous nos Partenaires bi et multilatéraux pour leur accompagnement technique et financier et leur engagement à nos côtés pour soutenir les efforts que déploie notre pays pour sa sécurité alimentaire.

Je remercie en particulier le Système des Nations Unies qui, depuis quatre décennies, est engagés aux côtés de notre pays, dans la réalisation de ses objectifs de développement et qui nous apporte aujourd’hui son appui, dans l’ambition qui est la nôtre, de faire de notre pays, l’Union des Comores un pays émergent à l’horizon 2030.

Plus spécifiquement je salue la FAO qui intervient également dans notre pays depuis notre accession à l’indépendance, dans le secteur de l’alimentation et de l’agriculture et dans le renforcement des capacités en la matière.

Je voudrais également adresser mes sincères remerciements au Gouverneur de l’Ile Autonome de Mwali, mon frère politique Mohamed Said Fazul, à toutes les autorités insulaires ou locales et à l’ensemble de la population mohélienne, pour l’accueil chaleureux et fraternel, qu’ils nous ont réservé, comme à l’accoutumée.

Je vous remercie, toutes et tous, pour avoir bien voulu marquer par votre présence cet évènement, célébré à travers le monde et qui dépasse ainsi la dimension nationale.
Permettez-moi ensuite, de mentionner spécialement les cadres et experts nationaux, travaillant dans les institutions publiques et privéesqui ont misé sur leur pays fait le choix de s’y installer, d’y faire leur carrière et qui aujourd’hui, contribuent particulièrement aux études visant l’augmentation de notre production agricole, le développement de notre domaine agro-alimentaire, la protection de nos ressources naturelles, le renforcement des systèmes d’information et de collecte de données sur notre agriculture.

Permettez-moi enfin, de saluer la pertinence du thème retenu cette année par la FAO, l’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture : «CULTIVER, NOURRIR, PRÉSERVER. ENSEMBLE ».

C’est en effet un thème fédérateur qui va contribuer à la sensibilisation des décideurs et des acteurs, sur la problématique de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

C’est un thème qui doit attirer l’attention de tous, sur l’impact de la crise de la Covid-19 qui sévit dans le monde entier, sur nos approvisionnements en produits agricoles, et d’élevage, qui sont pour l’essentiel, largement tributaires de nos importations et, par conséquent, sur notre production agricole.

Pour le cas de notre pays, la crise sanitaire a non seulement réduit les échanges de produits agricoles entre nos îles, entrainant ainsi des pertes de revenus pour les paysans mais elle a également limité la quantité des produits alimentaires essentiels sur les marchés, avec les hausses conséquentes sur les prix des denrées alimentaires. Cette situation menace sévèrement la sécurité alimentaire de notre population.

En outre, le dérèglement des circuits mondiaux de commercialisation et la baisse de l’activité économique dans les pays acheteurs des produits de rente comoriens, rétrécissent les perspectives d’écoulement desdits produits sur le marché international.

Or, nos filières de rente emploient une forte main d’œuvre, qui risque ainsi de voir disparaitre ses sources habituelles de revenus.
Ainsi, la Journée mondiale de l’alimentation constitue une occasion d’appeler à plus de la solidarité mondiale et à une meilleure coopération pour affronter ensemble les menaces que la pandémie fait peser sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance agricoles soient pour que les plus vulnérables puissent se relever.

C’est également l’occasion de sensibiliser le public sur le rôle que les uns et les autres doivent jouer, dans la transformation de nos systèmes alimentaires dans le changement de notre façon de produire, de transformer, de consommer et parfois de gaspiller notre nourriture.

Nous devons également saisir l’occasion de cet évènement pour rendre nos systèmes alimentaires plus durables et plus résistants aux chocs, afin de garantir à tous une alimentation saine et durable et aux opérateurs de la chaîne alimentaire des moyens d’existence décents.

Honorable assistance, Mesdames et Messieurs,

Notre pays insulaire est également, confronté aux effets du dérèglement climatique, accentués par l’exploitation intense des ressources naturelles, en particulier forestières. Ce qui favorise sa vulnérabilité d’une manière inquiétante.

L’importance socio-économique de notre biodiversité nous oblige ainsi, à prendre des engagements fermes pour sa préservation durable, en faveur de l’alimentation et de l’agriculture.

Certes, maintes activités sont réalisées /dans le domaine de la préservation de l’environnement, de la production vivrière, maraîchère, avicole et caprine avec l’assistance de nos partenaires techniques et financiers, à qui je renouvèle nos remerciements.

Toutefois, elles ne sont pas encore à la hauteur de nos attentes.

Face aux contraintes, on assiste à une augmentation croissante des importations. Le moment est donc venu de nous ressaisir pour la mise en œuvre, de manière résolue, de notre politique agricole.

J’engage alors, les départements ministériels concernés dans cette voie.

Nous attendons d’eux, des résultats substantiels en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle, de création d’emplois et de réduction de la pauvreté, de réduction des importations et de développement des exportations afin que notre agriculture, au sens large, puisse jouer son rôle de moteur de l’économie nationale.

Ainsi, le Gouvernement entend favoriser l’émergence d’une agriculture moderne et durable et l’émergence du monde rural.

Mesdames et Messieurs,

Le secteur de l’élevage est l’un des piliers du développement socio-économique des Comores et la forte consommation des produits avicoles de notre population nécessite des actions vigoureuses dans le sous-secteur de l’aviculture, pour satisfaire une demande sans cesse croissante et limiter nos importations.

Le Gouvernement, à travers le Ministère de L’Agriculture, de la pêche et de l’environnement entend également mettre en place tous les outils d’incitation aux initiatives agricoles et d’élevage, et exhorte tout le monde, en particulier la jeunesse, à s’investir dans des projets porteurs.

En ce sens, des services d’orientation et des fonds d’appui aux initiatives agricoles et d’élevages, sont mis en place pour familiariser nos jeunes et même les cadres d’horizon divers dans ce secteur dont chaque étape de la chaine de valeur est une activité créatrice d’emploi.

Jeunesse comorienne, allez vers ces services, pour vous informer afin de bénéficier des fonds.

En effet, désormais, vos bonnes initiatives dans les domaines de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage, dans le secteur du tourisme et les secteurs associés, sont les bienvenus.
Vos projets seront encouragés et soutenues financièrement par les moyens disponibles du Gouvernement.

Nous comptons sur vous et sur votre dynamisme pour tirer le meilleur parti de nos ressources disponibles.

Le pays compte sur vous pour assurer la sécurité alimentaire et le mieux-être de sa population.

Honorable assistance, Mesdames et Messieurs,

Avant de terminer, je voudrais renouveler notre appel à nos partenaires au développement pour plus d’engagement et de soutien aux efforts du Gouvernement en faveur de l’amélioration de la sécurité alimentaire et de la lutte contre la précarité.

J’appelle également les acteurs et les décideurs, à plus de solidarité pour plus d’efficacité et d’efficiences.

Mes chers compatriotes, nous avons décidé de tout mettre en œuvre pour l’émergence de notre cher pays. La sécurité alimentaire est une des composantes de cette émergence.

Le chemin est certes long et ardu.
Toutefois, j’en suis persuadé, avec de la conviction, de la persévérance et de la méthode, nous y arriverons Incha-Allah.

Et c’est en ces termes que je clos mon discours à l’occasion de cette Journée mondiale de l’alimentation.

Je vous remercie de votre attention.

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*