En ce moment

Discours d’Azali à Mutsamudu ce jeudi

Excellences, Mesdames et Messieurs, Honorable assistance,

Nous sommes ici ce matin pour mettre en service le nouveau remorqueur du port international de Mutsamudu.

La mise en service de ce remorqueur est un acte majeur pour le bon fonctionnement du port, notamment la bonne régulation du volume d’activité.

En effet, c’est la première fois que ce port est équipé de ce genre d’engin depuis l’acquisition du premier remorqueur lors de l’inauguration de cette infrastructure, il y a plus de 30 ans.

C’est lors de ma visite ici, après le passage du Cyclone Kenneth, que j’avais pris l’engagement de faire remplacer le vieil appareil, dont la vétusté compromettait à court terme le fonctionnement normal du port.

Et quand on sait aussi que les activités et le trafic maritime du Port de Mutsamudu dépendent largement d’un remorqueur performant, on comprend que la mise en service d’un appareil neuf, acquis sur fonds propres de l’Etat, pour un montant d’un peu plus d’un demi-milliard de nos francs, est un moment symbolique.

Je vous remercie alors, toutes et tous, d’avoir bien voulu vous joindre à nous à cette occasion, pour marquer l’importance que nous attachons à l’activité portuaire qui constitue une source significative de création de richesse économique, et donc une des assises sur lesquelles nous devons compter pour le développement de notre cher pays.

Les insulaires que nous sommes, n’ont pas besoin de démonstrations savantes, pour connaitre le rôle important d’un port non seulement dans le transport des habitants mais aussi comme point de convergence des navires, des marchandises et des passagers, et donc un lieu de ce qu’on appelle en économie, la création de valeur ajoutée.
Dans un monde de plus en plus globalisé, où le port est devenu un moteur de développement, nous devons aujourd’hui montrer notre capacité à densifier et étendre notre port international, pour le rendre attractif, mais aussi pour répondre aux mutations du trafic maritime mondial.

Pour cela, il ne suffit pas d’acquérir des équipements, mais il s’agit aussi de moderniser les installations portuaires qui doivent aller de pair avec la formation et la promotion de personnels de qualité, tant pour le transport, le commerce que pour la pêche, entre autres.

Cette modernisation inclut aussi le changement du statut des personnels en particulier des plus modestes notamment le statut des dockers et de tous les acteurs de la manutention, dans le cadre d’un dialogue social.

Nous devons ainsi miser sur la redynamisation et le développement des ports, appelés à jouer un grand rôle dans le tourisme de plaisance et de croisière, et dans la création d’emplois.

Faisons donc de nos ports des moteurs de développement de l’activité portuaire, et des pourvoyeurs de nombreux emplois directs et indirects.

Et c’est avec plaisir que j’ai pu constater les travaux effectués ici en vue de se conformer aux normes internationales de sûreté et de sécurité portuaire.
C’est pourquoi, j’encourage la Direction de la SCP (Société comorienne des Ports) à continuer ces aménagements, mais aussi à renforcer la coopération régionale des ports.

Mesdames et Messieurs,

Mutsamudu, le 17 septembre.

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*