Drôle de défense !

Au pays des émergents, il est recommandé de ne pas porter critiques ni au chef de l’Etat ni à son gouvernement. Certains arguments des aliénés tombent. Ils sont selon lesquels,  » nous n’avions pas ni électricité, ni route, ni d’écoles… et Al’imam, nous les a légués en quelque peu de temps.  
Mais que cela est drôle ! Donc, il suffit d’avoir ces réalisations et la suppression d’un visa « hari » pour que les indignés se taisent ? pour prendre un pays en otage ? Le chef de l’Etat remplit quelques peu de points de son devoir, et cela devient un exploit. Et cela doit nous servir de super-glue pour fermer hermétiquement nos pensées, donc nos investigations et notre indignation. On ne peut pas, cautionner cette dictature « sharifo-azalienne ».  
Le peuple est conscient. Azali est à son deuxième régime. Le foutage de gueule, devrait avoir lieu une seule fois. Ca suffit, mecs ! Sinon, il faut que les citoyens soient des benêts pour que cela continue à servir d’opium. Parfois, on nous attribue des surnoms, n’étant reconnaissants « hari ».  Il y a de quoi à ne pas l’être car, s’il s’agit de faire ce que le peuple demande, mais le faire de la manière qu’on veut, juste pour des fins personnelles, mieux-vaut rien. Le chef de l’Etat Azali, doit écouter le peuple qui a fait de lui ce qu’il est, et non, se réfugier dans une arrogance et mille et un conseils de ses conseillers occultes. 
Enfin, ce qui me parait bizarre, sont les hommes qui se constituent défenseurs de l’imam, maintenant qu’il bénéficie de ce moment de paix et de gain. Mais au moment où on connaissait Azali, candidat qui nageait en eau trouble… ces importants, ont trouvé refuge dans le silence. En ce moment, ceux-ci répondent et attaquent implicitement… mais présents quand même dans les réseaux sociaux.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Said Yassine

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*