Drôles  d’assises nationale 

Les assises nationales auront surement lieu un jeudi. Et pour cause, si le Cère est le dernier repas pris par jésus avant son arrestation, les assises nationales est le dernier repas que Azali et les 12 apôtres (mouvement du 11 aout) vont offrir  à la nation avant de crucifier les Comores pour sauver  leurs intérêts personnels. 
   Azali affirme défendre la tournante, titrait habari zamasiwa. Qui est assez naïf pour le croire ?
Dans un autre son de cloche, l’imam a juré qu’il n’est pas l’initiateur des assises nationales mais juste il a donné Son adhesion et joue le  facilitateur.  Cependant, la question qu’on peut se poser pourquoi avoir t-il engagé son gouvernement dans sa tradition monastique, qui consiste à marchander tous ceux qui s’oppose a sa propre vision. Ainsi, aussitôt que prévu, il a   entamé un  marathon politique pour imposer le silence monacal au sein même des muézins dans  toutes les mosquées du pays. Leurs appels  aux fideles vont marquer la levée du soleil (djuwa), ce qui risque de réveiller les démons du séparatisme. Et  Pour rejoindre la parole à l’acte, un défroqué politique  anjouanais, Djaafar Salim Alaoui est convoqué d’urgence au Goethe-haus aux fins de se désolidariser du gouverneur salami dans leur déclaration commune de la veille. A noter que beit salam (résidence présidentiel) est aujourd’hui appelé  Goethe-haus  depuis que toute la famille du Goethe comorien  y consacre toute leur vie dans cette théorie de machination politique.
 

Se croyant dans un théâtre dramaturge avant de se rendre compte qu’il est entrain d’être interviewé  par alwatwan, Idris soulé, membres des apôtres, énumère les 5 points autour desquelles vont s’articuler le débat lors de ces assises nationales : «  Édification de l’état, consolidation de la nation, édification économique et social, question de Mayotte, la place des Comores sur la scène internationale. Il accorde son violon au  président pour ainsi nous dire que la tournante n’est pas l’enjeu principal. Selon eux, les assises nationales ont pour but de faire le bilan de 42 ans d’indépendance. Stupéfait, les comoriens se demande si la théorie d’Azali et les apôtres n’est pas tout  sauf de la mathématique : défendre la tournante est une science fiction pour tous ceux qui acceptent de faire un bilan de 42 ans d’indepedependance. A moins que les 15 ans de tournante sont hors bilan. Ainsi, [2017 – (42+15)=1960].Soit 1960 la date de l’indépendance ???
Un bilan c’est quoi et pourquoi le faire ?  Si on ne peut pas toucher la tournante de peur de réveiller les séparatistes, alors pourquoi évoquer Mayotte qui va aussi choquer la France ? Anjouan vous fait-elle peur plus que la France, bande d’hypocrites?
42 ans d’indépendance, le pays va très très mal. Aucun ne conteste, les Comores sont atteintes d’une  maladie rare. Diagnostique : tous les secteurs vitaux sont paralysés, l’économie  au point mort, tous les jeunes diplômés au chômage, le pays s’est vidé de sa jeunesse, pauvreté et corruptions galopants, enrichissement illicite fulgurant des autorités ainsi que de leurs proches …..Etc.

  On s’accorde tous à dire que les assises nationales sont inévitables pour établir un bilan de sante du pays. Ce check up est nécessaire pour débattre des mots qui rongent le pays et du remède à y apporter.

Par contre si les organisateurs évitent  de révéler les agents pathogènes qui gangrènent le pays depuis 42 ans, de peur de subir le bannissement politique, autant guérir les Comores demeurera une science fiction. 
L’HISTOIRES VIENT DE FRAPPER A NOTRE PORTE. A NOUS DE LA REECRIRE AVEC DU SANG NEUF( ?)OU A L’AIDE  DE NOS VIEUX DEMONS D’AZALI, SAMBI, IKI, MAMADOU, SAID BAZI, SAID SAGAF, MSAIDIE…….. ???
COMORIEN(E) S, CHERS COMPATRIOTES………..VIVE LES COMORES.

CP

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*