Eau et électricité : Ma-Mwe prévoit de délocaliser certains compteurs

Moroni,  – La société d’eau et d’électricité des Comores (Ma-Mwe) lance une opération de conformité de l’installation des compteurs à des endroits accessibles à la portée des agents. Une mission qui consiste à lutter contre la fraude.

« Lutter contre la fraude », tel est le cheval de bataille du nouveau directeur de la Ma-Mwe. C’est dans ce sens que cette entreprise publique lance sa première phase d’une vaste opération de conformité de l’installation des compteurs. « Cette opération consiste à délocaliser les compteurs inaccessible aux agents à des endroits sans contraintes», déclare Faissoil Moussa, le chargé de communication de la Ma-Mwe.

Cette opération est lancée pour plusieurs raisons. Il s’agit en premier de résoudre les problèmes des relevés que rencontrent les agents, éviter les fausses accusations des fraudeurs envers ces derniers et enfin, lutter contre la fraude. « Grâce à cette opération, nous allons pouvoir obtenir un meilleur recouvrement et limiter les fraudes », poursuit-il. Cette opération est lancée conformément à l’ordonnance relative aux fraudes et à la falsification en matière de courant électrique et eau ainsi qu’au code de l’électricité qui stipule que « les instruments de comptage doivent être installés à un endroit accessible et sans contrainte aux agents de l’exploitant ».

Après avoir accompli la première phase, la société d’Etat préconise de coffrer tous les compteurs. « Dans le moyen terme, tous les compteurs vont être mis dans des coffrets et seulement l’exploitant en possèdera la clé », souligne Faissoil Moussa. Il ajoute que cette deuxième phase demande un budget bien défini, c’est pour cette raison que des études sont en cours pour le déterminer. Un autre phénomène qui inquiète aussi la Ma-Mwe, les compteurs du Nord-Est de la Grande-Comore ne sont pas plombés. Ils vont lancer une opération de plombage. « La plupart des compteurs de cette partie ne sont pas plombés. Et c’est là un manque à gagner pour notre société », précise-t-il.

Mohamed Youssouf  (HZK-Presse)

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*