El-Maarouf : Risque de paralysie totale pour l’hôpital sans directeur

wpid-screenshot_2015-11-11-04-59-28-1.png

Après appel à candidature dont les postulants n’avaient pas le profil requis, El-Maarouf est toujours à la recherche d’un chef. Le délai d’un deuxième appel à candidature vient d’être prolongé alors que les soignants menacent de débrayer si au 15 novembre, la crise n’est pas résolue.

image

A El-Maarouf, le service minimum assuré jusqu’ici pourrait ne plus l’être ; les soignants de l’établissement menacent de se mettre en grève. Dans un courrier adressé au ministre de la santé, le corps médical menace d’observer un arrêt de travail à compter du 15 novembre, si à cette date, « cette crise n’est pas résolue ».

La nomination d’un nouveau directeur pourrait calmer les tensions et ramener les grévistes au dialogue. Sauf que cette nomination est encore loin.

Après la démission de l’ancien directeur, on est au deuxième appel à candidature publié il y a deux semaines. Le délai butoir étant fixé au lundi dernier a été prolongé.

« Nous sommes obligés de prolonger d’une deuxième semaine pour donner aux intéressés le temps de se préparer car rien que pour avoir un casier judiciaire, on attend des jours. D’où la nécessité de prolonger les délais délais », explique le président du conseil d’administration, Mahmoud Msa. Selon lui, si aucun postulant ne répond entièrement au profil requis, « nous seront obligés de sélectionner le moins mauvais ».

Le président du CA fait clairement allusion au premier appel dont le dépouillement du samedi 17 octobre n’a rien donné car aucun des six candidats n’avait le profil souhaité pour gérer l’hôpital.

Jusqu’à hier lundi, six candidatures étaient déposées à l’hôpital. Jusqu’au lundi prochain, le CA devrait trouver un directeur alors que le personnel lèvera, la veille, le service minimum si la crise n’est pas résolue.

Toufé Maecha / Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*