Election 2016 : Azali serait le candidat soutenable à Mwali

A la proche des élections  présidentielles et celles des gouverneurs prévues en début du 2016, certains ne tardent  pas  à se prononcer  sur leur préférence parmi les prétendants candidats. Aboucar Said Chanfi  enseignant à l’université des Comores (centre de Mwali) démontre avec ferveurs combien l’ancien chef de l’Etat Azali Assoumani  est défendable dans la petite ile.

« Azali est le seul prétendant candidat qui mérite la confiance des mohéliens » lance d’emblé Aboucar Said Chanfi  ce géographe de formation qui s’est confié à la presse pour exprimer ses idées.Azali-Assoumani

Pour Aboucar, c’est Azali qui a permis, grâce à son respect du document cadre de la tournante, à un mohélien d’accéder à la tête de la magistrature  suprême de l’Etat. « Ce qui a permis d’enlever le marasme politique  mais surtout de mettre fin  aux accusations politiques des comoriens natifs de Mohéli, par rapport au retard sur le développement de l’ile(Mohéli),  à l’égard des comoriens natifs des autres iles» soutient-il.

Maintenant, « puisque nous sommes entrés dans l’histoire, certes   on pourrait dépasser cela, mais il est encore trop tôt  » a soutenu Aboucar Said Chanfi en ajoutant  que si un débat sur le bilan  de l’ile s’ouvre, il appartiendra aux natifs de Mohéli d’en porter le jugement, une façon d’enterrer définitivement l’esprit du séparatisme et ce, grâce à Azali. « Quant au précédent chef de l’Etat Ahmed Abdallah Mohamed Sambi,  oui il a permis le retour de l’ile de Ndzouani dans son giron naturel, mais l’on a vite compris que c’est un anti-tournante de la première heure et un affamé du pouvoir » a-t-il indiqué.

Pour  Aboucar, tout système a  ses méfaits et ses avantages « certes l’esprit d’insularité, avec ce système, domine sur l’esprit de la nation  mais si pendant 5 ans, un président d’origine grand comorienne arrive par exemple à faire des grandes réalisations à Ngazidja, et si le suivant fait la même chose dans l’île où il est issue, après 15 ans on regarderait les Comores en rose » explique-t-il  avec toutes ses convictions.

Ce défenseur de la présidence tournante  estime qu’Azali, « sans pour autant dresser son bilan » dit-il, a beaucoup fait pour la stabilité de ce pays, pierre angulaire  de son développement   et mérite le renouvellement de la confiance à la population comorienne d’une manière globale et en particulier à la population mohélienne.

« Si Azali s’investit aujourd’hui, pour succéder le Président Ikililou, c’est justement pour le respect et le suivi de ses projets  surtout ceux de Mwali car Azali est un partisan de l’équilibre des iles » a-t-il conclu.

Nawal

 

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*