Election de Kiki à la mairie : un « holdup électoral »

Conf

Le parti Juwa et la liste « Moroni yaleo na maudu » d’Ali Mzé Ahmed rejettent l’élection de Mohamed Daoud alias Kiki comme maire de Moroni. Dans une conférence de presse, hier mardi à Moroni, ils dénoncent ce qu’ils qualifient de « holdup électoral », accusant la CENI de complicité.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

Le parti Juwa et la liste « Moroni yaleo na maudu » n’ont pas eu de mots assez durs pour fustiger l’élection de Mohamed Daoud alias Kiki, le chef du parti Orange à la tête de la mairie de la capitale, le week-end dernier.

Ali Mzé, tête de liste de « Moroni yaleo na maudu » dénonce ce qu’il appelle un « holdup électoral » et accuse clairement la vice-présidente de la commission électorale nationale indépendante (CENI) de « complicité au moment où nous, majorité élue, étions absents », dit-il.

Ali Mzé dit être étonné et contrarié dans la mesure où la vice-présidente de la CENI, qui a déclaré aux environs de 15 heures, le jour du vote, suspendre la séance face à « l’impossibilité de la CENI de procéder à l’élection du conseil communal », devait revenir quelques heures plus tard, en fin d’après-midi, pour faire tenir cette élection. Selon M. Mzé, ceci se serait fait en catimini, en l’absence de la majorité des conseillers élus.

Dénonçant « l’illégalité de cette élection », il appelle au « strict respect des textes et l’expression du peuple par les urnes ».

Ahmed El-Barwane (Juwa), arrivé en tête aux élections municipales de Moroni, juge cette élection d’« histoire à faire dormir debout, parce que cette personne (le leader du parti Orange, ndlr) n’est pas à sa première tentative de vouloir voler le suffrage universel en soudoyant des élus au conseil de l’île de Ngazidja et au parlement ». Monsieur Barwane poursuit : « Cette personne bénéficie, on le sait bien, de complicité intérieure et extérieure ».

Pour Ahmed El Barwane, le leader du parti Orange « n’est pas élu mais nommé par le ministre de l’intérieur et le directeur général des élections ».

Les conférenciers appellent, enfin, à faire barrage contre le « droit de vote aux chefs des quartiers nommés et payés par les autorités, au sein du conseil municipal élu ».

A Fomboni, l’élection du maire (UPDC) s’est déroulée en l’absence des conseillers municipaux de l’opposition, et alors que le quorum n’était pas atteint, selon de nos dernières informations.

 

Maoulida Mbaé

LGDC

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*