Election présidentielle : Mohamed Issimaila veut se démarquer de la vieille politique

mayssa

Mohamed Issimaila, candidat sans étiquette, a dit dans une conférence de presse, mardi à Moroni, sa volonté d’en finir avec la vieille politique.


Il se dit optimiste quant au renouveau de la nation comorienne, à condition, dit-il, que les Comoriens se ressaisissent dans leur intérêt pour en « finir avec le désespoir et la fatalité ». Membre influent du Front Démocratique (FD), il a appelé à renouer avec l’espoir en créant un environnement favorable au développement socio-économique.

« Nous vous proposons une vision rénovée de la politique, l’avènement d’une véritable société démocratique pour permettre l’émergence de ressources et de talents au service du développement et de l’unité nationale », a-t-il déclaré.

Dénonçant la banalisation de la corruption et le détournement des fonds publics dont la pratique semble encouragée par la société, Mohamed Issimaila s’est plaint du chauvinisme qui gagnerait du terrain : « Un fait qui contribue à neutraliser toute approche globale et cohérente du développement ».mayssa

M. Issimaïla a déploré un chômage galopant chez les jeunes, notamment, se plaignant du « phénomène de la déscolarisation chez les adolescents et les pré-adolescents ; ce qui prive le pays d’une part importante de ses capacités ».

Le candidat Mohamed Issimaïla, récemment ambassadeur en Arabie Saoudite a soumis aux citoyens comoriens, une lettre d’engagement dont des copies ont été distribuées aux journalistes. Il a proposé une démocratie nouvelle étroitement liée au développement, des institutions favorables à l’unité nationale, à la démocratie et une stratégie de développement orientée vers l’amélioration des conditions de vie de la population.

Mohamed Issimaila a reconnu qu’il n’avait pas mandat de son parti, le FD, pour cette élection mais bénéficierait du soutien de la majorité des membres. « Nous avons voulu une candidature ouverte par rapport aux enjeux du pays », a-t-il dit.

Maoulida Mbaé/ Hzkpresse

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*