Elections 2016 : A vos marques, prêts,….

wpid-screenshot_2016-01-04-08-13-07-1.png

Avec la publication, samedi, des listes définitives des candidats aux élections de 2016, la cour constitutionnelle vient de donner le top départ de cette course de haies. Pour la présidentielle, vingt-cinq candidats au total se disputent la succession d’Ikililou Dhoinine à Beit-salam tandis qu’ils sont quinze à Ngazidja, autant à Ndzuani et dix à Mwali à briguer le siège de gouverneur de l’île.

image

La Cour constitutionnelle s’est prononcée avant-hier, samedi, sur les différents recours qu’elle a reçus pour les deux élections couplées de février et avril prochains (la présidentielle et le scrutin des gouverneurs des îles).

Pas de changement sur le nombre de candidats à l’élection présidentielle publié dans le cadre de la liste provisoire, arrêtée à 25. Les deux recours introduits par Hassane Said Harouna et Said Hassane Hachim ont été rejetés par la Cour. Le premier, qui avait demandé un «remplacement» d’un de ses vice-présidents rejeté pour n’avoir pas atteint l’âge légal de 40 ans à la date du 31 décembre 2015, a été débouté pour n’avoir pas respecté les délais impartis. Pour le deuxième, les juges ont affirmé que Said Mchaoicha,  son colistier à la vice-présidence de Ngazidja, n’était pas inscrit sur les listes électorales. A titre de rappel, la troisième candidature recalée concernait l’ancien président Ahmed Abdallah Sambi qui, dès le lendemain de la publication de la liste provisoire, a fait savoir qu’il n’allait pas introduire un recours.

Pour les élections des gouverneurs des îles, la surprise, si c’en est vraiment une, vient de l’annulation de la candidature du gouverneur de Mwali, Mohamed Ali Said. Les recours déposés par El-Amine Ali Mbaraka et Aboubacar Hassane Ali, deux candidats à sa succession, a conduit la Cour constitutionnelle à se pencher sur le cas du locataire de Bonovo, qui rêvait de briguer un «troisième mandat» en tant que «chef de l’exécutif» de l’île. Ce que la Constitution ne permet pas (art 7 alinéa 2). A Mwali également, le recours de Toiliha Romli, qui se plaignait de ne pas figurer dans la liste provisoire des candidats à l’élection du gouverneur de l’île alors qu’il aurait déposé une candidature en bonne et due forme, a été rejeté pour n’avoir pas fourni toutes les pièces requises.

A Ngazidja, la candidature de Hamada Abdallah a été validée. L’ancien ministre de l’Information a réussi à fournir une déclaration de patrimoine conforme car «visée» par la commission nationale de la lutte contre la corruption. A Ndzuani, Djandi Ahamada est aussi parvenu à joindre à son dossier de candidature l’original du récépissé du dépôt de cautionnement qui faisait jusque-là défaut.

La Cour a donc publié une liste définitive de 25 candidats à l’élection présidentielle et des listes de 15 candidats au poste de gouverneur à Ngazidja et autant à Ndzuani contre 10 pour Mwali. Elle a rappelé, à cette occasion, que les «candidats ainsi retenus» doivent «prendre congé de leur poste public électif ou nominatif dés la publication du présent arrêt».

Saminya Bounou / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*