Elections 2016 : Fahmi Said Ibrahim : «Le protocole d’accord s’applique aussi aux partielles»

wpid-screenshot_2016-05-05-09-11-59-1.png

Le ministre en charge des élections a déclaré que le protocole d’accord signé avec les trois candidats lors du 2e tour pour la sécurisation du scrutin n’est pas applicable. Des propos que réfute Fahmi Said Ibrahim, candidat malheureux lors de la primaire de Ngazidja, pour qui le protocole est toujours applicable pour les partielles à Anjouan.

image

Le protocole d’accord signé le 15 mars dernier par des représentants de Hamada Moussa, Mohamed Ali Soilihi, Mouigni Baraka Said Soilihi, Azali Assoumani, Mohamed Daoudou, le président de la Ceni et le ministre en charge des élections est l’objet de toutes les attentions.

Son contenu portait essentiellement sur la sécurisation des élections générales du président de l’Union et du 2e tour des gouverneurs des îles. A la question de savoir si celui-ci est caduc pour ce qui est des élections partielles à Anjouan, Abbas Mohamed Elhad, ministre en charge des élections, estime qu’il n’est plus opérationnel. Une déclaration qui a poussé Fahmi Said Ibrahim à réagir.

Ce candidat malheureux à la primaire de l’élection du président de l’Union juge la déclaration du ministre de la justice, déroutante. « A propos des partielles du 11 Mai prochain, il y a incontestablement un lien de connexité légal entre les élections générales du 10 avril dernier et les partielles ordonnées par la cour constitutionnelle », écrit-t-il dans sa page Facebook.

Selon lui, les conventions régulièrement signées par les acteurs de ces élections et appliquées pendant le scrutin du 10 avril s’appliquent aussi aux partielles ordonnées par la Cour.

 » La reprise du scrutin emporte la reprise des obligations aussi bien légales que conventionnelles appliquées lors du scrutin du 10 avril. Ceux qui ne veulent pas observer cette convention de sécurisation à l’occasion des partielles du 11 mai prochain font un aveu de leurs intentions de frauder à nouveau », poursuit-il.

Le candidat Azali Assoumani estime lui aussi que le protocole d’accord est toujours applicable contrairement au candidat Mohamed Ali Soilih qui le juge caduc. Sur cette question, la Commission Electorale Nationale Indépendante n’a pas toujours donné sa position.

MY / LGDC

1 commentaire sur Elections 2016 : Fahmi Said Ibrahim : «Le protocole d’accord s’applique aussi aux partielles»

  1. Je m’adresse au président élu des Comores de 2016. Mr AZALI n’abandonne pas le siège qui vous revient de droit. Ne tombe pas à l’embuscade érigé en toute connaissance de cause par et avec la complicité des corrompus de la cour constitutionnelle. Ce sont des histoires tout ça. Il est peut-être encore temps d’arrêter cette mascarade. J’ai donné mon opinion et que vive la république des Aveugles pour les Aventuriers

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*