Elections 2016: La précampagne bat son plein

CANDIDATURES. Branle-bas de combat au sein des partis politiques, à cinq mois des élections de février et avril 2016. L’heure est à la désignation des candidats et à la définition des stratégies électorales.

image

La précampagne électorale pour les élections du président de la République et des gouverneurs des îles bat son plein dans les trois îles et les différentes régions du pays. Pour les uns, l’heure est à la désignation des candidats tandis que pour les autres, l’on procède d’abord à la redynamisation des structures régionales et sous-régionales pour une meilleure coordination de la campagne à venir. Rares sont, en ce moment, les partis politiques qui sont parvenus à s’entendre sur les noms de leurs candidats au double scrutin de février et avril prochains.

‘‘Nous n’avons pas encore arrêté le mode de désignation de nos candidats’’, a indiqué le secrétaire général du Rassemblement démocratique des Comores (Rdc), Djaé Ahamada Chanfi, qui a manifesté une certaine réticence à l’idée de passer par une primaire pour désigner celui devant porter les couleurs du parti à l’élection du gouverneur de Ngazidja. Mais, un autre ténor du parti soutient le contraire. On évoque au moins cinq candidats à la candidature du Rdc pour succéder l’actuel gouverneur de l’île.

Le secret de polichinelle

D’après M. Chanfi, la formation politique de Mouigni Baraka Said Soilihi est actuellement en tournée dans les différentes régions de Ngazidja pour la mise en place des structures qui seront chargées de la coordination de la prochaine campagne.

La Convention pour le renouveau des Comores (Crc) n’a pas, non plus, encore désigné ses candidats. Si la candidature d’Azali Assoumani ne fait aujourd’hui l’objet d’aucun doute, on s’interroge sur le nom de celui (ou de ceux) qui va (vont) porter le flambeau du parti aux élections des gouverneurs des îles.

«Nos textes ne font référence à aucune primaire, quelle que soit l’élection; ce sont les instances du parti qui vont désigner nos candidats», a soutenu le secrétaire général de la Crc, Hamidou Karihila. Les rumeurs prêtent à ce dernier une ambition électorale (gouvernorat de Ngazidja) face à l’actuel député  de Wachili-Dimani, Maoulana Charif.

Du côté du pouvoir, on cultive aussi le secret de polichinelle sur le nom du candidat à l’élection  présidentielle. Alors même que la candidature du vice-président en charge des Finances a été annoncée le vendredi dernier dans sa ville natale lors de la grande prière par le hatub de la localité.

«Je vous demande de lui accorder votre confiance», aurait plaidé le hatub. «Nous n’avons pas encore arrêté de dates pour la désignation de nos candidats», a fait savoir le secrétaire général de l’Union pour le développement des Comores (Updc), Youssouf Boina.

L’Updc compte, selon lui, neuf (9) candidats à la candidature pour le poste de gouverneur au niveau de Ngazidja. «Nous sommes actuellement en train de mettre en place nos commissions préfectorales et ce dimanche, nous tenons notre congrès sous-régional à Mbéni pour la mise en place des structures du nord-est de l’île», a ajouté Boina. La même opération serait en cours à Mwali et à Ndzuani.

Les candidats indépendants, eux aussi, sont sur le terrain pour les préparatifs de leur campagne électorale de même que les rares formations politiques qui ont réussi à valider les candidatures de leurs candidats à la présidentielle. C’est que, là encore pour ces formations, la désignation des candidats aux postes de vice-président et des gouverneurs n’est pas encore acquise.

C’est le cas, par exemple, du parti Udzima. L’heure est donc aux négociations au sein des états- majors des partis. Des négociations qui semblent de plus en plus dures à conclure et qui pourraient, au final, provoquer la débâcle, avant même le début de la campagne.

Saminya Bounou / Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*