Elections anticipées Larifou :«les autorités comoriennes ont induit la délégation russe en erreur»

Le candidat à la présidentielle Saïd Larifou s’est exprimé hier mardi suite à la visite du vice-ministre des affaires étrangères de la Fédération du Russie aux Comores. Il avance que les autorités comoriennes ont induit en erreur la délégation russe.

Le candidat à l’élection présidentielle Saïd Larifou n’a pas attendu longtemps pour réagir suite à la visite du vice-ministre des affaires étrangère de la Fédération de Russie en Union des Comores, accueilli lundi dernier par le président en congé. Le candidat a montré encore une fois les dérives du pouvoir en place quant au respect des textes qui régissent le pays. Selon lui, la délégation russe devait s’entretenir avec le président suppléant, Moustadroine Abdou au sujet de la lettre du patron du Kremlin, Vladimir Poutine et celui du déroulement du processus électoral.

« Je suis étonné de voir que la délégation russe ait été reçue par le président en congé, exerçant par l’occasion le rôle d’un président. C’est une entorse grave à la loi. En effet, la lettre de Poutine devait être remise aux mains de Moustadroine Abdou, qui est actuellement le premier responsable du pays », montre Saïd Larifou. Ce dernier s’est dit étonné de la diplomatie comorienne au point qu’elle est considérée comme un « instrument de chantage ou de manipulation » par défaut de transparence diplomatique. « Il est fort probable que les autorités comoriennes aient induit la délégation russe en erreur », regrette-t-il.

En guise de toutes les manipulations corruptives, le leader du parti Ridja montre que le processus électoral n’est pas dans son cadre institutionnel car il y’a une foultitude d’intimidations. « Dernièrement, le Cader, un centre agricole de Simboussa ressemble aujourd’hui à un camps militaire. Plusieurs militaires sont allés remplacer dans ces lieux, les agriculteurs de Simboussa » informe Said Larifou avant d’ajouter que « le Mbadjini n’a pas besoin d’être surveillé car c’est une région pacifique qui vote en toute sérénité. Au lieu de voir des militaires, les habitants de Mbadjini ont espéré voir des réhabilitations des infrastructures malgré la promesse faite ». Pour finir, le candidat à la présidentielle montre que la période putschiste est aujourd’hui périmée et que les comoriens ont compris et ils ont pris rendez-vous le 24 mars prochain date du premier tour.

Kamal Gamal / LGDC

1 commentaire sur Elections anticipées Larifou :«les autorités comoriennes ont induit la délégation russe en erreur»

  1. Le vin est tiré, il faut le boire Me Elanrif. Vous avez aidé le putschiste peureux. Or vous étiez à un doigt de disparaître sous son premier pouvoir. Vous avez dit oui à la dictature au pouvoir familial. Qu’attendez vous? Ne vous inquiétez pas. Un patriote avec du sang Graal apportera la solution. Soyez courageux de porter sa couleur.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*