Electricité : de la lumière dès fin juillet ?

La société Leignon synergie Comores vient d’être chargée des révisions des cinq groupes électrogènes de la centrale de Moroni-Itsambuni et des trois moteurs de la centrale de Wemani à Mohéli. C’est ce qu’ont annoncé, hier, les responsables locaux de l’entreprise. “Les révisions devront commencer dès la semaine prochaine pour Itsambouni et Mohéli. L’objectif est d’arriver à une puissance de production de 5 Mégawatts pour seulement la centrale d’Itsambouni“, a indiqué Guy Ramahay Mandimby, vice-président du groupe Semlex, maison-mère de la société Leignon synergie Bruxelles dont Leignon synergie Comores est la filiale locale. C’est sans doute l’issue des rencontres qui ont eu lieu ces derniers mois, entre les autorités comoriennes et les responsables du groupe Semlex (lire notre édition du 25 mai dernier). Ces révisions devraient coûter à l’Etat pas moins de 200 millions de francs, selon des sources proches du dossier. Il s’agit d’arriver, dès juillet prochain, à la moyenne de consommation demandée de 10 Mégawatts, à partir des centrales du producteur public (Ma-mwe d’Itsambuni et de Vwadju). Notons que pour la centrale de Vwaju, des révisions étaient respectivement menées par les techniciens du groupe soudanais Petrolines et de la société saoudienne Al sharif sur une partie des installations. Rappelons qu’en 2009, la société Leignon synergie Comores avait arraché un contrat de location-vente de groupes électrogènes pour un montant de 696 millions de francs, remboursable sur une échéance de vingt-quatre mois. Trois échéances de ce contrat ne seraient pas encore honorées par la partie comorienne. Dans son discours sur l’état de l’Union, samedi 26 mai dernier, le chef de l’Etat avait déclaré que “le gouvernement concentre tous ses efforts pour trouver une solution rapide et durable à l’épineux problème de l’électricité dans notre pays“. En ce moment, on serait à une puissance disponible de 9 mégawatts sur une puissance installée de 15,6 mégawatts à Ngazidja (13 mégawatts de puissance demandée). A Mwali, Ma-mwe produirait 800 Kva pour 1 mégawatt de puissance installée. Quant à Ndzuwani, on serait seulement à 4 mégawatts disponibles sur 6 mégawatts de puissance installée.

Source: alwatwan ; Kamardine Soulé

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*