Electricité : Les maires prêts à accompagner Ma-mwe

ENERGIE. Selon la ministre Siti Kassim, Ma-mwe ne peut pas détenir toute seule la solution à la crise énergétique que connait l’île de Ngazidja. Elle plaide pour la tenue d’assises nationales afin d’accompagner l’entreprise publique.

image

Impliquer les communes dans la lutte contre la fraude d’électricité. Tel est l’objectif de la réunion, le mardi 29 septembre, entre le ministère de l’Energie, la direction générale de Ma-mwe et les maires de Ngazidja.

Selon le patron de la société nationale d’électricité, ‘‘nous enregistrons une perte technique de 40% de la production et une perte financière de dix millions de francs comoriens par jour’’. Ibrahim Mzé explique ce gâchis non seulement par la vétusté du réseau, mais surtout par le vol d’électricité et autres branchements sauvages.

Il appelle ainsi les édiles à l’aider à combattre ce ‘‘fléau’’. «Les maires et les préfets sont des acteurs locaux ; ils sont mieux placés pour lutter contre cette fraude. Après, nous trouverons un compromis. L’essentiel est qu’ils acceptent de jouer le jeu et de nous permettre de limiter toutes ces pertes’’, a-t-il dit.   

Selon la ministre Siti Kassim, Ma-mwe ne peut pas détenir toute seule la solution à la crise énergétique que connait l’île de Ngazidja. Elle plaide pour la tenue d’assises nationales afin d’accompagner l’entreprise publique.

Et d’annoncer la future révision à la baisse du coût du gasoil. «Il y a un mois, nous avons commencé des négociations dans ce sens. Nous avons également procédé à l’achat de cinq pompes pour résorber la crise de l’eau qui frappe la capitale et ses environs. Enfin, l’Etat se dote maintenant d’une stratégie sectorielle pour dénouer le problème énergétique», a fait savoir la ministre.

A leur tour, les maires se sont étonnés que Ma-mwe ait facturé à ses abonnés une consommation d’électricité alors que les zones rurales étaient totalement plongées dans le noir. Ils souhaitent, par ailleurs, qu’avant la descente sur le terrain des contrôleurs de la société, ils soient préalablement tenus au courant.

«Nous sommes prêts à accompagner Ma-mwe dans sa démarche. Encore faut-il que le gouvernement aide les mairies à devenir opérationnelles. Certains maires ne disposent pas jusqu’alors de bureaux», a déclaré le premier magistrat de la capitale et président de l’association des maires des Comores, Mohamed Doudou alias Kiki.

Nazir Nazi /Alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*