En finir avec le sectarisme !

Les acteurs politiques, économiques et sociaux du pays, se sont mis dans des batailles rangées, de petits groupes qui n’ont d’intérêts premiers que des amitiés de groupes.. Cela vaut pour les accointances familiales, quand ce ne sont pas leurs origines insulaires.

Ces petites sectes qui n’en disent pas leurs noms, ont monopolisé le débat politique National depuis 40 ans, point qu’il devient difficile pour des hommes et des femmes désintéressés, animés d’une volonté de servir la Nation sans considération de ces ces caractéristiques primaires, de faire valoir la parole republicaine, et souvent leur action, sans être pris à partie par des meutes aux bras tendus vers le ciel, réclamant Mwashintru promis pour huer, en lieu et place de leur droit..

Rares sont ceux qui disent le droit, et beaucoup sont ceux pensent d’abord à leur femmes, leurs maris, leurs amis, etc.. quand il faut faire confiance à quelqu’un pour lui confier des responsabilités Nationales ..

Dés lors il devient urgent et nécessaire de clarifier les choses quand à la traduction que nous donnons à l’action publique : Ce n’est certainement pas la propriété, ni l’héritage de certains amis, mais encore moins un droit naturel à nos adversaires politiques….

C’est un lieu de partage, un espace concurrentiel pour seulement ceux qui arrivent avec un projet.. – Où sont vos projets politiques ? – Ndo tsoka ngamdjo hwamba nyi ma Swalihiste ? Il n’existe pas de Swalihistes Kabayilistes bourgeois … Qu’on le sache, une fois pour toute.. Mais il n’existe pas non plus de Swalihistes sans l’imprégnation de l’esprit de la terre ferme, là où jaillit, nourri par le soleil, le miracle d’un grain de maïs enfoui par le pouce rompu par les aléas du temps, pour se faire bois …

Nous ne voulons pas être dirigé par des gens qui agissent en petits groupes sans liens direct avec le peuple, et dont le seul projet c’est de prendre le repas ensemble à l’Hôtel le Moroni, quand ce n’est pas d’aller à l’extérieur, pour s’allier avec des puissants, pour venir nous rendre esclave …

C’est quelque chose qu’il nous faut clarifier parce que, non seulement, nous devons aider à l’éclosion d’ un niveau de conscience Nationale élevé, mais en même temps, nous avons le devoir de faire constamment barrage à toutes les susceptibilités malveillantes conséquentes au sentiment de toute puissance de certains acteurs qui se croient tout permis puisque bien entourés par la meute qui ne jure que par eux, au mépris de toute loi et de toute procédure …

image

Dans un pays qui aspire à son émancipation, il ne doit pas être possible, que dans le champ du débat, ni dans la pratique en perspective, que des voix nuisibles à l’Etat de droit, incapables de discernement, ni de la nécessaire mesure, d’occuper l’espace du débat démocratique, dans le seul but, de donner l’occasion, pour des acteurs politiques déjà rejetés par le peuple depuis plusieurs années, de régler leurs comptes entre eux ….Nos espaces médiatiques ne sont pas des lieux de règlement de compte …

Les leaders sont neutres et silencieux, incapables d’arguments et de bilans, mais s’évertuent à lancer des meutes enragés sur les réseaux et les espaces publiques pour menacer le peuple .. Personne ne discerne où se situent les limites de l’expression publiques,entre des religieux qui se muent en politiciens, des acteurs associatifs qui se font politiques, et des journalistes qui se font corporatistes .. .. Assez .. !!

Nous ne voulons pas de ce débat de délégation dans nos espaces publiques..

Si un acteur politique a quelque chose à cacher, c’est qu’il ne mérite pas le débat..

Le rendez-vous de demain ne sera pas celui de nos amis des amis de qui que ce soit . Nous voulons un vrai débat ouvert qui donne à chaque citoyen de dire ce qu’il pense, sans être l’ami du président .. Mais nous voulons aussi que les prêcheurs de toute sorte se cantonnent dans leurs couvents, pour professer leur messianisme débridé … Et enfin, nous voulons en finir avec la République du copinage..

Debout le peuple ..
El Fatahou Said Youssouf

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*