En ce moment

Encore trois décès à Anjouan pour ce jeudi

Le Coronavirus continue de ravager l’île d’Anjouan. Après les trois décès enregistrés mercredi dernier, trois autres personnes ont perdu la vie ce jeudi pour les mêmes raisons. Le comité insulaire de gestion de la crise appelle la population à plus de responsabilité.

Ce jeudi 14 janvier, trois personnes ont perdu la vie à Anjouan et 18 autres se trouvent en isolement à Bambao Mtsanga. Il s’agit d’une femme de 90 ans et deux hommes tous diagnostiqués positifs à la Covid-19. La première était à l’hôpital Hombo et les deux autres à Bambao Mtsanga. « La maladie continue d’arracher des vies à Anjouan tandis qu’une couche de la population fait comme si de rien n’était. J’appelle la population à la vigilance car on vient d’enregistrer un nouveau décès ce matin », indique Ahmeddine Combo, peu avant les deux autres décès.

Tout au long de la journée, dans le transport en commun et dans les rues, les mesures barrières n’étaient pas du tout respectées. Le point de lavage des mains et le respect de la distanciation physique, une utopie. Dans cet angle du non respect des mesures, le directeur de la Culture à la mairie de Mutsamudu, Kamal Eddine Saindou a confié mercredi dernier que « la mairie cherche les voies et moyens pour effectuer une grande opération de désinfection, dimanche 17 janvier au marché public de Mutsamudu ». Pour le port obligatoire du masque, la réponse n’appartient pas uniquement à la Mairie. « Des associations s’organisent avec l’appui technique de la mairie pour collecter des masques et les distribuer dans des lieux de rassemblement de masse comme au marché », apprend-t-on au niveau des associations.

En effet, les associations et groupement travaillent et se forment pour empêcher la propagation du virus dans l’île. « Les trois gestes barrières, à savoir, port de masque, distanciation et lavage mains peuvent construire un mûr de fer pour stopper la propagation du virus, souligne le chargé de communication de l’association FSCOI Comores et celui de Collectifs des étudiants mohéliens du Centre universitaire de Patsy. Il est temps de s’activer et s’unir car c’est le seul moyen pour faire blocage au Covid-19 ».

Nabil Jaffar / LGDC

La Rédaction

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*