Entre arrogance française et courbettes comoriennes ! 

​ Pour qui en doute, il suffit d’examiner les communiqués des deux présidences à la suite de la rencontre Azali-Hollande du 04/10/2016.
L’un, celui de l’Elysée, va droit au but, sans fioritures pseudo diplomatiques : « contre les migrations clandestines », entendez la police française à Mayotte continuera à pourchasser les « clandestins », ces Comoriens non originaires de Mayotte. Mesurer l’insolence car manifestement Hollande visait la déclaration à l’ONU d’Azali qui évoquait indirectement la question de l’île comorienne de Mayotte avec des euphémismes sur les « migrations à l’intérieur des quatre îles Comores ». Soulignons enfin qu’à la veille de la rencontre, Hollande a dépêché la ministre française de l’outre-mer à Mayotte pour qu’elle affirme haut et fort que le « mur marin entourant l’île comorienne va être consolidée », nouvelle vedette rapide, des radars, etc. Les ratonnades de Comoriens dans les rues de Mayotte, les « décasages » (des Comoriens, même étant en règle aux yeux de l’administration française, sont expulsés de leur logement, dépouillés de leurs biens et jetés à la rue) vont se poursuivre. Bien évidemment tout cela est enrobé de promesses de coopération, imaginez-donc, la coopération franco-comorienne est élevée à un rang ministériel !


L’autre, celui de Beït-salam, pratique la langue de bois, évite les questions qui fâchent et tressent des lauriers à l’amitié et à la collaboration entre les Comores et la France. On aurait pu croire qu’en invitant le Comité Maore à la présidence avec photos à l’appui, Azali envoyait un message de fermeté à Hollande. Feu de paille car la marche arrière fut vite enclenchée. Quels furent les armes utilisées pour mettre au pas Azali ? Les faits sont en tout cas éloquents. L’intervention d’Azali à l’ONU inaugura les reculades (voir la déclaration du Comité Maore : Azali à l’ONU : la déception) et la visite en France semble marquer un retour à la diplomatie capitularde qui a toujours été celle des pouvoirs qui se succèdent à la tête de l’Etat comorien depuis 1978.
Complexe du colonisé, lâcheté, indignité, veulerie !!??? Les dirigeants comoriens de premier plan semblent considérer la France comme un démiurge. Ils en arrivent à ne pas comprendre qu’ils ne feront pas reculer l’Etat français en rampant. Ils semblent ne pas croire qu’il est possible de mettre la France au banc des accusés. Ils n’imaginent pas que les Comores peuvent vivre sans la France. Ils ne comprennent pas que le soutien de la France aux Comores est celle de la « corde au pendu » puisqu’il est évident que la prospérité de la partie indépendante sera la fin de la France à Mayotte.
Malgré tout, une partie de l’opinion comorienne considèrent que finalement ce ne sont pas les paroles qui priment. Les actes qui seront posés dans les mois à venir seront décisifs. En somme la concertation nationale sur la question de l’ile comorienne de Mayotte sera-t-elle poursuivie ? Et jusqu’où ? La structure ministérielle sera-t-elle mise en place sur une base conséquente ? La diplomatie comorienne va-t-elle se réactiver afin que la question de l’ile comorienne soit débattue à la prochaine AG de l’ONU ? Idriss (05/10/2016)

Idriss Mohamed Chanfi

2 commentaires sur Entre arrogance française et courbettes comoriennes ! 

  1. AZALI est tout sauf un patriote. Dire la vérité a un prix car celle-ci dérange fortement les humains. Cependant, ce n’est pas le président AZALI qui défendra les intérêts suprêmes de la nation. Rappelons nous de l’épisode des années 95 où ce même Azali fut le chef d’État major de la force comorienne de la défense  » FCD ». Nous étions en pleine crise de coup d’État perpétré par Bob Denard. En effet, l’ancien chef de l’État Djohar fut pris en otage par des putschistes étrangers. Il aurait fallu une intervention ordonnée par le chef des armées. Or, ce colonel a préféré laisser le pays aux mains de Bob Denard plutôt que de verser son sang pour sauver les instituions. Cet événement marquant montre bien la nature de cet homme qui n’est autre qu’un égoïste manifeste. Comment voulez vous que cet homme irresponsable puisse évoquer les accidents tragiques auxquels connaît le large de Mayotte. Il faut dire que la nature humaine est telle qu’elle est. Donc, celle du colonel est de nature peureuse. Nous ne pouvons rien faire, sauf de faire en sorte qu’il prenne pas la mallette du pouvoir. Toutefois, il est trop tard car, les comoriens sont trop naïf et emportés par le besoin du moment et finalement un trompeur arrive à les tromper. Croire qu’Azali sauvera le pays est un mirage. N’oublions pas qu’il est parmi les chefs d’État africains qui ont bénéficié la générosité de l’ancien raïs de Tripoli. Au lieu de verser les aides accordées par Kadhafi au trésor public, il les a placées sur un compte à l’étranger. Ceci a provoqué le départ de son garde du corps le capitaine Rachad. En dépit tout cela, mais il faut garder l’espoir peuple comorien, car un jour la justice s’instaura et tous ces voyous auront des comptes à rendre aux comoriens. Le jour où la justice se détachera du joug du pouvoir, Azali et SAMBI s’expliqueront devant un tribunal. Les 40 millions d’euros dérobés dans les caisses des comoriens par AZALI et les 360 millions d’euros que SAMBI a volé aux comoriens ne seront jamais impunis. Il faut dire que quel que soit l’agitation de la mer, elle finira par se calmer. Car le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir Rousseau. Azali, tu auras des comptes à rendre à la justice. Si ce n’est pas aujourd’hui, ça pourrait être demain.

  2. vous nous parlez de la mise en place d’un dialogue ministériel, attendons de voir ce que ça va donner et au moins il s’est pas déplacé pour rien, il est là pour 4 ans et 6 mois azali pourra nous montrer ses stratagèmes à bousculer la france sur la question de notre ile car évidemment les comoriens n’arracherons mayotte de la france en sortant de l’élysée.
    Peut être il serait finement bien politique que nos dirigeants avec leurs conseillers politiques essayent d’amplifier leurs relations avec la chine, car il nous faut la présence autour de nos frontières d’une puissance militaire avec droit de véto à l’onu autre que la france.
    Sinon,la visite d’azali à paris autant comme ses pairs africains est pour lui un grand pas d’avoir atterri sur la lune…..il fallait donc pas attendre grande chose.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*