Entreprenariat féminin : Citizen’s et Mhaza Ibouroi primées par Efoi-com

CitizensUne nouvelle stratégie d’encouragement des femmes entrepreneures de l’Océan indien, en général, et des Comores, en particulier. La récompense des meilleurs projets portés par des femmes, une initiative de la plateforme des femmes entrepreneures de l’Océan indien, est mise en œuvre pour la première fois aux Comores. Les gagnantes de cette première édition : Citizen’s et Mhaza Ibouroi, respectivement esthéticienne et artisane et brodeuse spécialisée dans la fabrication des objets de décoration avec notamment des sachets.

Affichez votre publicité sur Comores infos: Cliquez ici pour en savoir plus

La cérémonie de remise de prix a été honorée par la présence de la première Dame des Comores, Hadidja Aboubacar. Treize candidates avaient été présentées vendredi soir au jury des deux prix, “prix Efoi prestige” et “prix Efoi espoir”, qui devaient récompenser, pour le premier d’une valeur de 1, 5 million de francs, une femme chef d’entreprise qui se distingue par une activité remarquable, innovante et s’inscrivant dans le développement durable, et, pour le deuxième d’une valeur d’1 million, une jeune femme avec un projet répondant aux mêmes critères.

Les treize candidates sont issues de différents secteurs d’activité dont certains sont des grandes entrepreneures rivalisant avec les hommes dans leur domaine d’activité, à l’instar de Soilha Said Mdahoma et sa sœur Citiezn’s, de la propriétaire du “Café des Artistes”, qui n’est autre que la présidente de l’Efoi-com, Nama Idriss, ou de la patronne de Cadence Voyage, Hissani GUY. “Nous œuvrons pour valoriser et promouvoir l’entreprenariat féminin”, a déclaré la présidente de l’Efoi-com qui a indiqué que les femmes créent des emplois pour notamment “vaincre la pauvreté”.

“Efoi-com est ouverte à toutes les femmes qui veulent s’engager pour donner de poids à notre combat”, a-t-elle dit. Notons que la valorisation de l’entreprenariat féminin fait partie des objectifs de la Commission de l’Océan indien qui a œuvré en faveur de la mise en place de la plateforme des femmes entrepreneures de l’Océan indien et ses antennes locales, dont celle des Comores reste la cadette, mise en place seulement en 2010.

La Coi travaille sur ce dossier depuis 2006, selon la chargée de mission, Fatoumia Bazi qui s’est félicitée de l’évolution de l’Efoi-com. Elle a saisi l’occasion pour annoncer l’existence aux Comores, désormais, d’un “plan directeur pour l’entreprenariat féminin”, un document élaboré par Aline Wang et Anrifati Mohadji et dont le lancement officiel a eu lieu le vendredi sous le haut patronage de la ministre de l’Emploi, Sitti Kassim.

Saminya Bounou alwatwan

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*