Entretien avec le président Azali Assoumani, »nous avons un problème de bonne gouvernance »

Le président Azali Assoumani, a accordé une interview au site voaafrique. « Nous avons un problème de bonne gouvernance dans notre pays », déclare Azali Assoumani.

 

1 commentaire sur Entretien avec le président Azali Assoumani, »nous avons un problème de bonne gouvernance »

  1. C’est l’argent qui lui intéresse et non pas la bonne marche du pays. AZALI est l’ennemi mortel de la nation. Celui-ci, n’a eu de cesse de rendre la vie des comoriens insoutenable. Mais, pourquoi les citoyens sont passifs envers ce méchant ? La peur et le manque de courage sont les facteurs explicatifs de cette passivité. La peur chez les comoriens est un héritage qui date de 1975, lors de la révolution soilihiste. Tout d’abord, l’arrivée de l’ancien révolutionnaire, la majorité de comoriens accoutumés à la gabegie ont pris la fuite. C’est à dire chacun s’était précipité pour trouver une grotte afin de se mettre à l’abri d’un éventuel emprisonnement. C’est dans ce contexte que beaucoup de ceux qui maraboutaient les gens avaient abandonné leurs morceaux de bois afin d’échapper la prison. Par conséquent, aucun citoyen n’a osé de dire ce qu’il pensait jadis. Par ailleurs, cette lâcheté manifeste touche l’ensemble de la population notamment l’armée comorienne qui ne fait que fuire sa responsabilité. Il faut ensuite, rappeler qu,une vingtaine de coups d’État ont été perpétrés sous les regards indiscrets de l’armée comorienne conduite par le président actuel, azali Asssoumani. A l’époque, il était chargé de préserver les institutions ainsi que l’intégrité du territoire. Mais, il a préféré abandonné son devoir au profit d’une éventuelle prise du pouvoir. Donc, chose faite. Certes, il a eu le pouvoir deux fois, mais les lâches ont toujours fini dans des circonstances dramatiques. Gandhi, prônait toujours la non violence, ce qui est normale pour un homme ou une femme intègre. Toutefois, s’il y a le choix entre la violence et la lâcheté, Gandhi nous dit de choisir la violence dans un cas précis. Pourquoi cet homme de grande lâcheté a pu être élu deux fois au suffrage universel. Qui sont les officiers comoriens qui assurent la continuité d’un homme qui aurait dû passer exceptionnellement à la potence pour trahison. Malheureusement, l’armée comorienne est composée des armateurs. Elle n’a pas le courage défendre les institutions qui sont mises en place d’une façon démocratique. Donc, il faut les balayer car, ces hommes et femmes ne servent à rien. Les terres cultivables sont là pour être labourées.

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*