Et si Bashar Kiwan et Sambi étaient copropriétaires de la société Comoro Gulf Holding (CGH) ?

Le loup du flou déborde la bergerie et le camarade Mrimdu demande à l’ancien président Ahmed Sambi de présenter des excuses publiques au peuple comorien.

 

Le 07 novembre 2017, juste après son audition, l’ancien président Ahmed Sambi a invité ses proches et la presse, pour dire encore « sa vérité » sur le dossier de la citoyenneté économique.  a-t-il dit toute « sa vérité » ce jour là ? visiblement non. Non car apparemment certains comoriens n’ont pas compris ce jour là, que ce n’était pas le président de la république Ahmed Sambi qui a signé l’accord de la citoyenneté économique avec le  Gouvernement des Emirats Arabes Unis, mais plutôt Bashar Kiwan.

 Ce non-dit est difficile à accepter et pourtant, il l’a même avoué à demi-mot dans son intervention du 07 novembre 2017 et ça sera confirmer probablement par le rapport de la commission d’enquête parlementaire conduite par le DéputeDhoulkamal Dhoihir. D’ailleurs on peut se demander comment une telle chose était possible que les autorités émiraties ont accepté de signer avec Bashar ? 

On le disait sur ce mur qu’en 2008 le Gouvernement a violé d’une façon incontestable les textes législatifs et réglementaire parce que quelque chose de particulièrement important était en jeu. Un contrat antérieur à l’adoption de cette loi était signé et un acompte était déjà consommé. Aujourd’hui, cette loi sur la citoyenneté économique livre ses mystères et, quand c’est flou, effectivement c’est qu’il y a un loup. Le vieux loup qui était dans le flou a débordé la bergerie et le peuple n’a  que les yeux pour constater (zidja matsoni dja djandzé).

 

Dans un article du 5 novembre 2017 intitulé « la citoyenneté pour les nuls », le camarade Mrimdu avait signalé qu’en 2008, « l’Etat comorien au lieu de traiter directement avec les Emirats Arabes unis comme il se devait, le gouvernement Sambi a fait le choix d’un intermédiaire Bashar Kiwan ». L’ancien président Sambi a confirmé ces propos lui-même le 07 novembre 2017.  

Il avait invité la presse pour dire  « sa vérité » sur ce dossier et il a renvoyé toutes les charges à ses anciens ministres et collaborateurs. Ce 18 décembre 2017 Said Hilali a publié un message que j’ignore encore la source, en disant que « Plus de 300 millions de dollars ont transité sur des comptes de l’ex président Sambi selon des Emirats Arabes Unies ! » convenons que si ça devait se confirmer que ces 300 millions de dollars ont transité dans le compte de l’ancien président, il ne peut plus renvoyer la charge à ses anciens ministres. 

Autre point important, on constate que ce dossier est fondé sur un mensonge, doublé, triplé et quadruplé par de mensonge :  

1/ le programme de citoyenneté économique était présenté à l’assemblée nationale comme un programme conçu entre les Comores et le Koweit (voir communiqué du gouvernement de l’époque). La convention Dossar du 1 avril 2011 signé entre Dossar et Bashar nous apprend le contraire : c’est un programme conçu d’un commun accord entre CGH de Bashar Kiwan et l’Union des Comores d’Ahmed Sambi (voir convention du 1 avril 2011). Et s’ils étaient copropriétaires de la société Comoro Gulf Holding ? À suivre

2/ Dans son intervention du 07 novembre 2017, l’ancien président Ahmed Sambi a avoué à demi-mot que ce n’était pas lui qui a signé cet accord avec le  Gouvernement des Emirats Arabes Unis, mais Bashar Kiwan. Vous avez compris que non seulement il y a détournements, mais aussi, ils ont menti au peuple comorien y compris les représentants de la nation. Alors oui, le camarade Mrimdu pense que le minimum serait que l’ancien président Sambi présente des excuses publiques au peuple comorien 

Hamadi Abdou

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*