Et si les journalistes comoriens rendaient un hommage à Ahmed Abdallah le 26 novembre prochain

Désigné comme le père de l’indépendance des Comores, Ahmed Abdallah Abdérémane avait ses défauts, notamment celui d’avoir offert le pays au mercenariat. Mais il avait fait quelque chose que ses successeurs n’ont jamais voulu faire. Il a voulu que le pays ait des journalistes et des médias professionnels. A l’Ecole de Nvounni, il y avait une formation de deux ans qui a permis de former plusieurs jeunes journalistes.
image

Il a aussi crée le journal Al-watwan. On constate hélas que depuis, rien n’a été fait. Aucune école pour former des journalistes dans le pays, aucun moyen pour l’aide à la création des médias. Et on a le résultat que l’on a aujourd’hui : tout le monde s’autoproclame journaliste, raconte et écrit tout et n’importe quoi, sous l’œil complice des pouvoirs publics. Et bien je crois qu’Ahmed Abdallah doit être aussi considéré comme un président qui avait le souci de faire vivre dans le pays des médias et des journalistes professionnels.

MOHAMED ABDOU HASSANE

Soyez le premier à réagir

Réagissez à cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*