Évasion à la maison d’arrêt de Moroni Matso, un assassin condamné en 2012 est en cavale depuis dix jours

Condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son ami lors de la session de la Cour d’Assises de 2012, Ali Soulé, alias Matso, s’est évadé de la maison d’arrêt de Moroni, il y a plus de dix jours . L’évasion de ce détenu est intervenue suite à une autorisation d’hospitalisation accordée par le juge d’application des peines (Jap). Selon une source du palais de justice, la demande d’hospitalisation a été introduite au parquet et “le procureur général s’est opposé en précisant comme motif de refus, l’infraction de meurtre commis par le détenu. Malheureusement, le Jap n’a pas tenu compte des réquisitions du parquet, mais a décidé de transférer le détenu à l’hôpital pour des soins et c’est de là-bas qu’il a pris la fuite”. Suite à l’évasion de ce criminel, le parquet de la République de Moroni a émis un avis de recherche afin de récupérer le détenu et le faire intégrer à son lieu de détention. “Nous avons lancé des recherches et toute information donnant le signalement du détenu sera la bienvenue”, a déclaré le chef du parquet de la République de Moroni.
Aucune forme de surveillance
Autorisé à être hospitalisé auprès du centre de santé Caritas Comores sans la moindre surveillance, Ali Soulé a profité de ce séjour hospitalier pour s’évader de prison en toute quiétude. L’évasion via une autorisation d’hospitalisation des détenus est devenue un mode opératoire à la maison d’arrêt de Moroni. “A mon avis, il s’agit d’une forme d’évasion organisée car ces hospitalisations ne sont jamais surveillées et le détenu peut rentrer chez lui sans souci”, soutient un des gardiens de la maison d’arrêt. Pour cet agent pénitencier, l’ évasion de Djibril n’a pas servi de leçon et voilà que “le Jap commet l’erreur de transférer un détenu à l’hôpital pour des soins sans lui conférer aucune forme de surveillance”. Au sujet de cette absence de surveillance qui a permis l’évasion du détenu au terme de son séjour d’hospitalisation, le procureur général soutient que la maison d’arrêt de Moroni ne dispose pas de service pénitencier pour assurer ce genre de travail. Interrogé sur l’évasion de son client de la maison d’arrêt, l’avocat commis d’office pour assurer la défense de l’accusé devant la Cour d’Assises, Me Youssouf Atiki, a déclaré ne pas “être au courant et ne pas avoir eu de ses nouvelles depuis longtemps”. Les faits qui ont traduits Ali Soulé devant la Cour d’Assises ont pour origine une dette de 250 mille francs comoriens qu’il devait à sa victime, Kamardine Mohamed alias Sourette. Pour échapper aux demandes de remboursement de cette dette formulées pas son ami, le condamné a, le 7 mai 2010, donné rendez à sa victime sur la Corniche pour lui rembourser son argent. Arrivés au lieu du rendez-vous, Ali Soulé a donné un coup mortel à l’aide d’une pierre sur la tête de son ami.

Mm/ Alwatwan

1 commentaire sur Évasion à la maison d’arrêt de Moroni Matso, un assassin condamné en 2012 est en cavale depuis dix jours

  1. Ca y est, ce détenu a deja pris le kwassa , il est surement arrivé à Mayotte .
    Comme Mayotte est la poubelle des délinquants de l’ union de Comore .
    Il va encore augmenter l’ insécurité dans notre territoire et les chiffres parlent d’ eux memes , 82% des incarcérés à Mayotte ne sont que des Comoriens .
    Les prochain victimes seront des résidents de Mayotte et ceci va rejouir énormement ces Hypocrites Comoriens .

Répondre à Hidaya Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*